Prévention des violences électorales, sur initiative du Cudis et Jammi rewmi : Branle-bas général

0
107

La Charte de non-violence envisagée pour prévenir le recours à la brutalité physique et/ou verbale dans l’espace politique entre en phase active de structuration. Pour cause, le Cudis et la plateforme Jammi Rewmi, principaux promoteurs de ladite charte, ont activé la phase concrète de rédaction, après avoir fini de rencontrer les autorités étatiques, les coalitions politiques, les mouvements citoyens, les syndicats et organisations patronales. Et surtout, après avoir recueilli les préoccupations des divers acteurs.

Les risques de violence qui s’agglutinent au-dessus de la tête du citoyen lambda, à quelques encablures du scrutin local prévu pour le 23 janvier prochain, ont fini de susciter une sorte de mobilisation générale pour prévenir le danger. Et c’est dans cette optique que des organisations de la société civile sénégalaise et des associations d’obédience religieuse mandatées par les Khalifes généraux des différentes confréries religieuses du pays ont décidé de se donner la main et de coopérer avec les diverses parties prenantes de ces élections pour couper à la base tout facteur de violence, lors dudit scrutin.

C’est ainsi que le Cadre Unitaire de l’Islam au Sénégal et la plateforme Jammi Rewmi qui se sont engagés à promouvoir une charte de non-violence dans l’espace politique ont tenu hier, mardi 14 décembre 2021, à Dakar une rencontre d’échanges avec les coalitions politiques sur les mécanismes de prévention et de mise en œuvre d’une dynamique de paix et de non-violence, en prélude aux élections locales. Étaient présents à cette rencontre les coalitions Wallu Sénégal du Pds et cie, Gueum sa Bopp de Bougane Guèye Dany et autres, la coalition Benno Bokk Yaakar actuellement au pouvoir, le mouvement Frapp France dégage de Guy Marius Sagna, les coalitions Jammi Goxx yi et Bunt bi, ainsi que des organisations syndicales et patronales, notamment la Cnts (Confédération nationale des travailleurs du Sénégal) et le Cnp (Conseil national du patronat). 

Cette rencontre intervenait à la suite des consultations inclusives menées sous l’égide des autorités religieuses avec les différentes coalitions et des acteurs divers de l’espace politique et social, et la rencontre avec le Président de la République. Les préoccupations et positions exprimées par les parties prenantes ont fait, à cette occasion, l’objet d’approfondissement, et ont été prises en compte dans la rédaction de la Charte dite de non-violence. Dans la foulée, selon les membres du Cudis et de Jammi Rewmi, « un comité restreint d’écriture de la charte a été mis en place pour préparer la signature et l’affinement des mécanismes de suivi pour le respect des engagements souscrits par les différentes parties afin de les soumettre aux autorités religieuses du pays». A l’issue de la rencontre, le Cudis et la plateforme Jammi Rewmi ont tenu à saluer le sens de responsabilité des acteurs politiques de tous bords et à les remercier « de leur engagement à poursuivre la dynamique de paix et de non-violence en prélude, aux élections à venir ».


Pour rappel, en direction des élections locales, le Cadre Unitaire de l’Islam au Sénégal (Cudis), une association qui regroupe les représentants des différentes familles religieuses du pays, avec l’accompagnement de la plateforme Jammi Rewmi, avait invité les acteurs politiques toutes obédiences confondues, à adopter une « démarche proactive » pour barrer la route à la violence. C’est dans cette perspective que le Cudis avait invité les acteurs politiques, pouvoir comme opposition, à adopter et signer « une charte de la non-violence».

Une démarche que beaucoup de leaders de l’opposition n’avaient pas validée de manière mécanique. Pour sa part, Ousmane Sonko de Pastef-Les Patriotes  avait tenu à faire savoir, lors du meeting d’investiture de Barthélémy Dias comme candidat à la mairie de Dakar,  qu’il n’allait pas signer la charte de la non-violence.  Quant au président Macky Sall qui avait accordé une audience au Cadre unitaire de l’Islam au Sénégal, il s’était tout simplement préposé à accompagner les requérants dans leur initiative de prévention de la violence politique, cependant sans grand engagement comme chef de l’Etat.

 M DIENG

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :