Prévention et gestion des inondations : Diourbel mise sur l’approche communautaire

0
161

Un Comité régional de développement (Crd) sur la campagne de prévention et de gestion des inondations, dont la journée de lancement est prévu le 2 juin  2024, s’est tenu hier, lundi, à la gouvernance de Diourbel. 

Les nouvelles autorités veulent apporter une approche communautaire dans la gestion des inondations, avec l’implication des acteurs communautaires. Un Comité régional de développement (Crd) consacré à la campagne de prévention et de gestion des inondations a permis aux acteurs communautaires de faire le point sur la situation des inondations dans la région de Diourbel.

Ibrahima Fall, le gouverneur de la région de Diourbel explique que «pour réussir cette journée, nous avons convoqué l’ensemble des acteurs territoriaux et régionaux pour d’abord partager sur les principes directeurs qui doivent guider les principes directeurs de cette campagne nationale mais également les plans d’actions élaborés par les différents préfets de département. Nous nous félicitons de la présence de l’ensemble des acteurs régionaux, mouvements associatifs de femmes et de jeunes, les autorités locales ainsi que les autorités territoriales et les services techniques déconcentrés».

Et il poursuit : «la présence a été massive. Cela témoigne de  l’engagement de tout un chacun pour faire de cette campagne une réussite. Au-delà  de ces actions, nous avons quelques recommandations notamment une bonne coordination des activités dans les départements, à leur tête les Préfets. Nous leur avons demandé de convoquer dans les meilleurs délais une réunion préparatoire pour une implication accrue de la communauté. L’autre mesure importante, c’est l’implication des Collectivités territoriales. Parce qu’il y a beaucoup de sites inondables dans la commune de Diourbel. Aujourd’hui, il y a une trentaine de maisons du quartier Cheikh Anta qui sont dans les eaux. Il n’y a qu’une dizaine de familles sinistrées qui ont pu récupérer leurs maisons. Au quartier Ngolombit, 18 maisons sont toujours dans les eaux».

Pour l’adjoint au maire, Bassirou Sène, «il faut un Plan directeur d’assainissement. C’est un bras de mer que viennent d’occuper les populations. Nous sommes prêts à accompagner les initiatives car l’assainissement n’est pas une compétence transférée. Et la commune n’a pas assez de moyens pour prendre en charge les grands travaux d’assainissement».

Adama NDIAYE 

Leave a reply