Prise en charge de la migration au Sénégal : la société civile montre la voie

0
360

80% de la prise en charge des migrations se fait au niveau national et 75% d’entre eux se retrouvent à Dakar à la recherche de travail. Selon des organisations de la société civile, la migration fragilise la personne et les femmes, les enfants en souffrent le plus. En point presse hier, lundi 26 septembre 2022, elles ont fait une proposition qui ira dans le but d’améliorer la politique migratoire du Sénégal.

Elles sont plus d’une douzaine d’associations qui s’active sur les questions migratoires pour l’amélioration des conditions des victimes.  Il s’agit du réseau migration développement (remidev), Femme éducation culture santé et développement en Afrique (Fecsda), lead africa francophone, alliance pour la migration le leadership et le développement (Amld), la confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), initiative prospective agricole et rurale (Ipar), comité sénégalais des droits de l’homme, diaspora développement éducation migration (Diadem), Osiwa, heinrich boll stiftung, la Raddho et Horizon sans frontière. Hier, lundi 26 septembre, elles ont fait le plaidoyer avec des recommandations pour une gouvernance migratoire centrée sur les défis et priorités du Sénégal.  Composées d’hommes, femmes et jeunes toutes catégories confondues, ces associations de la société civile ont estimé : «il est temps pour le Sénégal de mieux assumer son quadruple statut de pays de départ, de transit, d’accueil et de retour mais surtout de porter un leadership plus affirmé sur les questions migratoires en Afrique de l’Ouest, voire sur le continent ».  Avec une contribution pour près de 13% du produit intérieur brut (Pib), la société civile estime que la migration devrait bénéficier d’une attention plus soutenue des pouvoirs publics. A cet effet, elles ont émis un certain nombre de recommandations liées à la gouvernance de la migration, la production des données, la migration de la main d’œuvre, la diaspora sénégalaise, la gestion des frontières, la migration forcée au Sénégal entre autres points.

Cadre de gouvernance migratoire et ancrage institutionnel

Avec le rétablissement du poste de Premier ministre au Sénégal, les acteurs de la lutte contre la migration estiment que la primature pourrait devenir l’instance de coordination de l’action gouvernementale dans le domaine migratoire. Ils préconisent aussi la mise sur pied d’un ministère des sénégalais de l’extérieur et des affaires de la migration.

«La création d’une telle structure avec une feuille de route clairement établie, des responsabilités institutionnelles bien définies et  les moyens conséquents serait un pas très important en matière de gouvernance  des questions migratoires», relève-t-on sur la note de plaidoyer.

La migration de la main d’œuvre

Selon la société civile, la majorité des sénégalais qui s’adonne à la migration le fait pour des questions de travail. Dans la recherche d’une vie décente, elle estime que beaucoup de Sénégal perdent leur honneur car subissant des violences. Sur ses violences, les acteurs avancent que les femmes et les jeunes souffrent le plus car étant parfois victime de viol, de travaux forcés, de grossesse indésirable et d’estimer que 80% des migrations sont réparties entre main d’œuvre dont 75% dans la capitale sénégalaise.  Pour une sortie de crise les acteurs ont demandé à l’Etat d’intégrer la dimension migratoire, surtout les enjeux liés à la traite et au trafic dans toutes les politiques nationales dont la protection de l’enfance, l’autonomisation des femmes, de genre et d’inclusion, mais aussi ratifier et mettre en œuvre tous les mécanismes et normes inhérents à la migration de travail.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply