Prise en charge de la sécurité à l’est du pays : le Cheds implique les acteurs locaux

0
183

Un séminaire de Programme Collectivités  territoriales Défense, Sécurité et Paix a été tenu, ces deux derniers jours, à Kédougou, à l’Est du pays. L’objectif est, selon le Général Mbaye Cissé, directeur du Centre des hautes études de défense et de sécurité (Cheds),   «de s’investir dans la réflexion stratégique pour circonscrire les problématiques sécuritaires et susciter les conditions de leur prise en charge par une approche inclusive et novatrice.» Un objectif en adéquation avec les ambitions de sa structure.

Dans cette perspective, dit-il, «après plusieurs mois de travaux, la création d’une plateforme multi acteurs, pour réfléchir sur la sécurité dans nos territoires, a été placée au rang des priorités du centre». Le séminaire de Kédougou, vient ainsi donner corps à ce projet.

A en croire Mbaye Cissé, le programme en question part du constat que «la réponse aux défis sécuritaires nécessite une approche holistique, globale. En effet, la sécurité ne se limite plus à la protection physique des biens et des personnes, mais englobe la satisfaction des besoins multidimensionnels de l’Homme».

Il s’y ajoute,  souligne-t-il, «qu’à l’échelle des acteurs, la sécurité n’est plus l’apanage de l’Etat qui, partagé entre la raréfaction de ses ressources et les besoins sécuritaires croissants des villes et des campagnes, est contraint de privilégier des approches horizontales, singulièrement dans un contexte global marqué par la montée de la violence urbaine et l’expansion fulgurante de menaces transnationales multiformes».

Le programme aidera, pense-t-il, les acteurs de la sécurité, «à trouver les réponses, tout au long de son déroulement, sur l’ensemble du pays». L’étape de  Kédougou constitue, à son avis,  «un moment phare du programme, tant la zone Est du pays cristallise des défis sécuritaires majeurs liés à sa position frontalière, sa diversité humaine et linguistique mais aussi et surtout son potentiel économique important ».

Fatou NDIAYE

Leave a reply