Prise en charge des malades : quand la situation financière du patient guide les urgences

0
147

En parlant du système sanitaire,  le conseiller référendaire, El Hadji Birame Faye déplore aussi les urgences qui sont souvent négligées à cause de la situation financière du malade. « L’hôpital, de jour comme de nuit, a l’obligation d’assurer un service d’urgence, d’accueillir et de soigner les malades sans distinction, ou de leur trouver un lieu de soins adapté à leur état de santé. La seule condition étant pour l’usager, hormis les cas d’urgences, d’accomplir au préalable les formalités administratives. Sauf qu’il est de notoriété, que ces formalités sont aussi financières, de sorte que ceux qui ne sont pas en mesure de payer n’ont pas accès aux soins. Même aux urgences, n’est-il pas rare, que l’on s’empresse après avoir accueilli le malade, de demander « gentiment » à l’accompagnant de se rapprocher de la comptabilité », constate Birame Faye. Pis continue-t-il, « laissée à la discrétion du médecin, l’urgence est plutôt appréciée par l’étudiant en médecine, puisque couramment il est seul à gérer la permanence ». Le manque de moyens fait qu’aussi certains Sénégalais n’ont pas une prise en charge sanitaire rapide, fustige-t-il « Et que dire des malades qui, souvent dans des conditions de transport inadéquates, sont baladés d’une structure à l’autre ou pris en charge tardivement au péril de leur vie ou de leur chance de guérison ». Le malade bénéficie d’un droit au libre choix de son praticien et de son établissement hospitalier, qu’il est libre de quitter à tout moment. C’est le lieu donc de déplorer juge-t-il, « les pratiques de rétentions de malades pour défaut de paiement de facture et de souligner que ce sont des dérives, attentatoires à la dignité et à la liberté d’aller et de venir, qui peuvent engager la responsabilité administrative et pénale de leurs auteurs ». Comme l’établissement hospitalier, le médecin, veille à ce que la chaine de soins ne soit pas interrompue. Toutefois,  trouve El Hadji Birame Faye, « cette mission est loin d’être satisfaisante si en moyenne, il faut 6 à 8 mois pour un rendez-vous avec un spécialiste, que le matériel et l’équipement médical et technique sont inexistants, en panne, simplement obsolètes ou que la formation continue des soignants est défaillante ». La multiplication des mouvements de grève qui affectent régulièrement la continuité du service mérite une attention.

Fatou NDIAYE

Leave a reply