Procès en appel de l’affaire Ndiaga Diouf : Barthélémy Dias sous la menace des articles L29 et L30 du nouveau Code électoral

0
1605

Du nouveau dans l’affaire du meurtre de Ndiaga Diouf survenu au cours de l’attaque mortelle perpétrée contre la mairie de Mermoz Sacré-Coeur,  en décembre 2011, plus de 10 ans après les faits.

 

L’actuel maire de la ville de Dakar, risque d’être rattrapé par les articles L29 et L30 de l’actuel Code électoral modifié en juillet 2021, et qui disqualifient tous « ceux condamnés pour des délits passibles d’une peine de 5 ans d’emprisonnement ». Pour cause, lors de son procès en appel de ce mercredi 2 mars 2022, appel qu’il a lui-même sollicité, le procureur a requis 5 ans de prison ferme contre Barthélémy Dias.

 

Le maitre des poursuites accuse l’actuel locataire de ville de Dakar de « coups et blessures mortels, coups et blessures volontaires et détention d’arme illégale sans autorisation ». Enfonçant le clou, le parquet rejette les faits de légitime défense car,  dit-il, les assaillants blessés lors de ces échauffourées étaient en position de fuite, d’où le fait que le défunt Ndiaga Diouf a été atteint par balles en position postérieur.

 

Un réquisitoire qui, s’il est suivi par le juge, corsera la peine qui lui avait été infligée en première instance, en février 2017, à 2 ans de prison dont 6 mois ferme.

 

Un énième revers que la défense ne compte pas subir. Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont demandé au tribunal d’acquitter leur client. « Une vérité policière n’est pas une vérité judiciaire. Et que les balles qui ont tué Ndiaga Diouf ne proviennent pas de l’arme que détenait Barthélemy Dias« , ont-ils notamment précisé.  Ils ont également contesté les 150 millions réclamés par la partie civile.

 

À noter que la partie civile confirme que l’arme qui a tué Ndiaga Diouf ne pouvait être que celle que détenait Barthélemy Dias. Elle demande une somme de 150 millions F Cfa, en guise de dommages et intérêts.

 

L’affaire est mise en délibéré par la Cour d’appel de Dakar pour 18 mai 2022.

 

Pour rappel, l’article L30 stipule que « ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale : 1) les individus condamnés pour crime ; 2) ceux condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieure à un mois, assortie ou non d’une amende, pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passibles d’une peine supérieure à cinq (05) ans d’emprisonnement ; »

 

J M D

 

Comments are closed.