Promotion du consommer local : le réseau boulanger Mburu de Ngaparou, un modèle de réussite

0
215

Pour promouvoir le consommer local, le réseau boulanger Mburu de Ngaparou utilise en lieu et place de la farine de blé, les céréales locales notamment le Mil, le mais, le sorfho  pour produire du pain. Cette entreprise  qui a  un personnel composé majoritairement de femmes dispose de 20 points de ventes répartis dans la zone.

Située au cœur de la ville de Ngaparou, la boulangerie Mburu  se distingue des autres de la localité par  les produits qu’elle propose aux clients. Sa spécificité c’est les céréales locales qu’elle utilise pour la production du pain à la place de la farine de  blé. Le but de ce projet est de favoriser le consommer local.

Entre autres  variétés de pain, on aperçoit sur les étagères : le Mburu Walo qui est composé en grande quantité de riz de la vallée, du pain complet avec des graines de sésames, du  pain de maïs, de Moringa etc. Même au niveau de la pâtisserie, les gâteaux sont  préparés à base de céréales locales.

« Ça ne sert à rien de copier-coller ce qui se fait à l’extérieur. Il faut avoir un système adapté à notre éco système et notre manière de faire et de consommer. Le défi c’est de féminiser ce métier de boulanger », soutient Isseu Diop Sakho, fondatrice du réseau boulanger Mburu.

La start-up qui est devenue une Pme, cette année 2022, a employé 50 personnes qui sont en majorité des filles. Cette entreprise qui a ouvert ses portes en décembre 2019,  dispose de 20 points de ventes  gérés  tous par des femmes appelées « Linguères ». Ces points se trouvent entre Ngaparou, Saly Somone et Mbour.

Pour  son approvisionnement en céréales, la boulangerie Mburu  travaille avec un Gie de femmes de la localité qui s’active dans la transformation des produits locaux. Cette entreprise a été financée dans le cadre du projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales (Pavie)  qui est un programme entre l’Etat du Sénégal à travers la Der-Fj, la Banque africaine de développement  et l’agence française de développement  d’un cout global de 74 milliards de Fcfa.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply