Propreté des villes du Sénégal lendemain tabaski : l’Ucg mobilise 3000 agents dont 1999 à Dakar

0
199

L’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg), a mobilisé près de 3000 agents samedi, dimanche et lundi pour nettoyer et rendre propre les lieux de cultes, les marchés, les grandes artères mais aussi pour contenir la surproduction d’ordures ménagères de la capitale. C’est ce qu’a fait savoir dimanche au terme d’une tournée de supervision des points stratégiques de Dakar.

En période de grandes fêtes, les villes sont généralement envahies par des tas de déchets. Lesquels défigurent le cadre de vie habituel. Pour rendre ledit cadre de vie attractif, « l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg) a mobilisé quelques 3000 agents dont 1999 agents pour la propreté de Dakar », a fait savoir dimanche, Mass Thiam directeur général de la Société nationale de gestion intégrée des déchets (Sonaged), au terme d’une tournée de supervision des sites comme le marché Hlm de Dakar. Il précise que c’est le même « dispositif qui a été mobilisé dans les régions pour un total de 955 agents ». En réalité, « c’est un dispositif national qui a été mis en place, articulé autour du mobilier urbain notamment les poubelles de rue qui servent de réceptacles aux déchets produits pendant la Tabaski, mais aussi le réseau de pointe normalisé, les points propres et même les caisses mises dans les quartiers et autres sites de fortes production. Donc, tout ce dispositif est inspecté à travers des mécanismes comme des groupes whatsApp, mais aussi un système d’alerte mis en place avec un numéro vert 202 123 qui permet aux Sénégalais d’appeler pour signaler tout disfonctionnement qu’ils auraient constaté relativement à la collecte des déchets ». Relativement au bilan technique, le Dg dira : « A ce stade, il est très difficile de faire le bilan technique de l’opération. Mais, nous avons mobilisé un certain nombre de moyens comme des camions, des bennes tasseuses, des camions à ciel ouvert, des pelles mécaniques là où le besoin se fera sentir ».

Des déchets déposés de plus en plus sur les points de collecte

Au chapitre du rapport des jeunes au métier du nettoiement, le Dg parle de changement de paradigme important. « Il y a quelques années avant, les gens ne voulaient pas du tout travailler dans le secteur déchets », admet-il. Mais ; « c’était de la méconnaissance de l’utilité sociale du métier des déchets », dit-il. Pour s’en convaincre, il fait une petite comparaison figurative : « Vous savez, on peut vivre sans électricité mais point de vie avec les déchets ». Sous ce rapport, « je pense que collectivement nous, Sénégalais commençons à comprendre l’utilité sociale qui est derrière ce métier de nettoiement », s’est-il réjoui. Aujourd’hui, poursuit-il : « Nous constatons de plus en plus des gens venir de manière volontaire déposer leurs ordures dans les points de regroupement normalisés. Et, c’est pour moi, l’occasion de les féliciter de cette attitude et un exemple qui sans doute va changer notre rapport avec les déchets ».

De jeunes diplômés dans l’or-dur !

Autre élément, et pas des moindre, souligne le Dg « c’est l’engouement de jeunes diplômés en licence et en master » qui ont fini de comprendre qu’ (il n’y a pas de sots métiers, il n’y a que de sottes gens), comme l’atteste un proverbe qui a mis en lumière certaines professions malaimées, souffrant d’une mauvaise image depuis de longues années. C’est dire que « les gens s’approprient de plus en plus de ces métiers, respectent ceux qui y travaillent et commencent à prendre goût de la culture environnementale », a-t-il souligné. Et le constat est net : « Partout à Dakar et dans les capitales régionales, on voit des jeunes diplômés de jour comme de nuit travailler dans les ordures, avec peu de moyens ».

En général, corrélativement au tonnage à récupérer de Dakar après la fête, il dit ceci : « Nous notons une augmentation de l’ordre de 50% ». Donc, aujourd’hui, « nous sommes sur une base comprise entre 4 200 et 4 400 tonnes récupérées par Dakar. Et si on applique au ratio de 50% dessus, on va valablement toucher les 6000 tonnes entre dimanche et lundi ».    

JEAN PIERRE MALOU  

Leave a reply