Racisme : Une gangrène qui perdure et qui pollue le football

0
329

Le racisme  semble avoir encore de beaux jours dans le football. Aucune saison  presque n’y échappe. Chaque année, elle repart avec son lot d’actes racistes mêlés d’insultes, de cris de singe proférés sur les pelouses ou tout simplement depuis les gradins des stades. Le dernier cas  et de fraîche date est celui qui a touché  l’international sénégalais  Kalidou Koulibaly. Une énième scène choquante qui interpelle davantage les plus hautes instances du football. Mais jusqu’ici ni les vagues d’indignation, ni les sanctions des instances comme la FIFA et l’Uefa, que d’aucuns jugent pas assez sévères, n’ont manifestement permis d’enrayer ce fléau dans lequel les joueurs noirs africains paient le plus lourd tribut.

Cris de singe. Insultes. Jets de banane sur des footballeurs de couleurs. Le phénomène est devenu récurrent dans le football mondial et principalement en Europe où évolue le plus grand nombre de footballeurs professionnels africains. Il ne se passe désormais pas une saison sans qu’une affaire de racisme ne soit signalée dans les stades choquant plus d’un. Les derniers cas, ce sont les actes racistes qui ont visé Koulibaly.   Le capitaine des Lions a été victime d’insultes lors de la victoire de Naples  sur le terrain de la Fiorentina (2-1) dimanche dernier en Serie A.

Les joueurs africains  paient le plus lourd tribut

Le capitaine des Lions n’est d’ailleurs pas à sa première attaque.  Il y a quatre années,  il était encore  la proie d’insultes racistes proférées par des supporteurs lombards lors d’une rencontre avec la Spal, au stade San Paolo de Naples en 2018.  Face à l’inertie de  l’arbitre, le défenseur des Lions avait alors applaudi ironiquement ce dernier, lequel n’hésitera pas à lui infliger un second carton jaune synonyme d’expulsion. Après ces insultes, la sanction qui frappe l’Inter de Milan se résume à deux matchs à huis clos, alors que Carlo Ancelotti, l’entraîneur napolitain, annonce que son équipe quittera le terrain si le scénario devait se reproduire.  Cette réaction était sans doute la mieux appropriée devant l’impuissance des joueurs.

En revanche, l’image a  choqué mais  elle  s’ajoute sur la longue liste des actes racistes en Italie mais aussi dans les différents championnats. Il n’ y a qu’à se rappeler du cas du Français Blaise Matuidi en janvier 2018 ou du Ghanéen Sulley Muntari en mai 2017  qui ont également été des victimes en Série A. Tout comme Raheem Sterling, l’international anglais d’origine jamaïcaine de Manchester City,  qui a déjà été  visé  2018 par des remarques racistes et des chants antisémites de supporteurs de Chelsea. La  liste n’est pas exhaustive   Le même phénomène  a été aussi perceptible dans d’autres championnats et c’est toujours les joueurs noirs ou métis qui payent souvent le plus lourd tribut.

 Les joueurs ne sont pas seulement ciblés en raison de leur couleur de peau, mais  ils le sont aussi du fait de leur religion, et leur nationalité. Comme en témoigne cette  rencontre en France entre Bastia et le FC Istres où  l’ancien  international sénégalais du FC Istres, Moussa N’Diaye  et  Pascal Chimbonda avaient  déclaré être victimes d’insultes racistes.

La Fédération française de football puis le SC Bastia avaient saisi le procureur de Bastia afin de déposer une plainte contre X.  Mais la plainte  a été classée sans suite, faute de preuves.  Bis répétita en décembre 2020, lors de la 6ème journée de Ligue des champions Paris SG – Istanbul Başakşehir. Ce sont des joueurs  africains qui sont encore été au centre. Cette fois Demba Ba qui est monté au créneau pour protester contre les propos jugés racistes d’un 4ème arbitre qui avait qualifié de Pierre Webó, entraîneur-adjoint du club turc «Noir (négru en roumain). Suffisant pour faire interrompre le match et le faire reprendre au lendemain. 

Malgré les vagues d’indignations, les sanctions n’ont toujours pas  produit les effets escomptés et surtout à enrayer le racisme dans le foot. Elle apparait dans des formes diverses comme les réseaux sociaux ou même dans les médias. Même si des pays comme  l’Angleterre font partie des pays où le racisme dans les stades a le plus reculé ces dernières années, d’autres pays se sont, note un article publié par  Le journal Le Monde, en train d’assainir ses tribunes, grâce à une politique offensive comprenant sanctions judiciaires, interdictions de stade et d’abonnement à l’encontre des individus reconnus coupables d’actes racistes. Certains groupes de supporters ont également fait le ménage parmi leurs membres. Dans d’autres pays européens, le laxisme reste la règle. En Italie, la Fédération de football et la Ligue professionnelle sont, avance le même quotidien, réputées pour leur manque de sévérité. En Europe de l’Est, la situation est encore plus inquiétante au vu du manque  de système de vidéosurveillance dans les stades. Ce qui complique les possibilités de repérer, d’interpeller et de sanctionner les supporters qui se livrent à des actes racistes.

Pas assez dissuasives ces  «mesurettes » de la Fifa et l’Uefa

Quid des sanctions ? La recrudescence des actes racistes  démontre à suffisance que les sanctions prises n’ont pas fait reculer le racisme  dans les stades. Ce que certains acteurs n’ont pas manqué de considérer  comme un manque de volontarisme. L’ex-international béninois Jean-Marc Adjovi-Boco, un des fondateurs de l’Académie Diambars au Sénégal dans une de ses déclarations dit militer pour des sanctions plus dures.

«Des interdictions de stade de longue durée ou même à vie, en plus de sanctions pénales, cela ne me semble pas excessif, car certains responsables d’actes racistes sont dans un sentiment d’impunité», a-t-il résumé. Il traduit le sentiment partagé par des nombreux observateurs qui évoluent dans le football mondial.  Ceux-ci  n’hésitent pas à qualifier de «mesurettes», les dispositions arrêtées jusqu’ici  aussi bien par la FIFA que l’Uefa.  

Face à ce fléau, l’UEFA avait ainsi prévu en 2009 une procédure en trois étapes pour arrêter un match.  Elle va de la mise en garde qui sera adressée au public, à  la suspension du match  pendant une certaine durée mais aussi, après consultation des responsables de la sécurité,  d’un arrêt définitif si les comportements racistes persistent. Dans un tel cas, une défaite par forfait sera prononcée contre l’équipe responsable.

La FIFA quant à elle annoncera d’autres nouvelles mesures en  2013. Ses sanctions sont l’avertissement, l’amende et/ou le huis clos pour une première infraction ou une infraction mineure. Pour une récidive ou une infraction grave, les sanctions prononcées sont la déduction de points, l’exclusion d’une compétition ou la relégation. Dans le volet sanctions de la résolution, les dispositions de l’instance mondiale du foot conclut que toute personne (joueur, officiel, arbitre, etc.) commettant pareille infraction doit se voir infliger une suspension d’au moins cinq matches assortie d’une interdiction de stade.

Dans un autre plan, l’un des actes posés par  la FIFA a été  l’attribution de la Coupe du monde 2010, l’Afrique du Sud.  Ce choix était initialement porteur d’un message contre le racisme  et pour la  promotion d’un pays qui a défait l’apartheid. Malgré toute la bonne volonté d’un grand nombre d’acteurs et les actions mises en œuvre pour lutter contre le racisme, le football n’arrive  pas à se défaire du phénomène.  Ce qui a conduit l’ancien président de la CAF Ahmad Ahmad  à demander plus de fermeté au lendemain d’une déclaration d’un consultant italien  à l’encontre des joueurs de couleurs et particulièrement  Romelu Lukaku  plusieurs fois victime de racisme depuis son arrivée en Série A.

«1er septembre : cris de singe à Cagliari  et 15 septembre un commentaire raciste à la télévision. Mon soutien  est à l’ensemble des victimes quotidiennes. Chaque week-end, le racisme, la bêtise et l’inculture sévissent autour des terrains de football. Il faut être ferme», déclarait-il. Ce qui dénote la petite marge de manœuvre a encore vis-à-vis du racisme subi par les joueurs africains.

Omar DIAW

Leave a reply