Ramadan : Le kilogramme du cure-dent passe de 3000 et 4000 FCFA

0
706

Le cure-dents, bâtonnet utiliser pour se nettoyer les dents, est élément qui lie l’homme à la nature, depuis belle lurette, surtout en Afrique. Son usage est un héritage culturel et religieux légué de génération en génération. La modernisation n’y fera rien, il résiste encore temps et aux brosses à dents et autres dentifrices. Mieux, très prisé en cette période de mois béni de Ramadan, son prix a connu une forte hausse ; en plus du kilogramme, le coût de l’unité a doublé voire triplé parfois. 

La cherté de la vie et la flambée des prix n’épargnent pas les cure-dents. Toujours d’actualités, surtout en Afrique et particulièrement au Sénégal, ces petits bâtonnets utilisés pour se «brosser» les dents s’échangent comme de petits pains en ce mois béni de Ramadan. Du coup, face à la forte demande, leurs coûts ont connu une augmentation dans le marché. Les prix sont passés du simple au double voire triple.

Ce vendeur anonyme de cure-dents d’une trentaine d’années, trouvé au niveau d’une station d’essence à Bountou-Pikine confirme l’augmentation du prix. «Le prix a augmenté ; mais moi je vends au même prix (d’avant). L’augmentation est due au fait qu’il n’y a pas assez de cure-dents ici au Sénégal. Autrement dit, ce n’est pas n’importe quel arbre qu’on utilise comme cure-dents, mais des arbres spécifiques que l’on ne trouve pas ici au Sénégal. Même s’ils existent, ils sont rares. Donc, il faut comprendre que la plupart de ces bâtonnets utilisés comme cure-dents viennent de l’extérieur du pays.»

Trouvé au marché de Syndicat de Pikine, un des point de distributions (en gros, pour les revendeurs), entrain de tailler des cure-dents, tenant un à la main… pour attirer la clientèle, ce jeune ressortissant guinéen du nom Alseyni nous fait savoir que le prix du kilogramme de cure-dents varient maintenant de 3000 jusqu’à 4000 FCFA, selon la particularité et l’espèce d’arbre d’où provient le cure-dents. «Le prix a augmenté, le cure-dents «guro» (cola) coûte 3000 FCFA. Mais il y a d’autres espèces particulières comme «Dakhar» (tamarin). Les prix varient entre 3000, 3500 jusqu’à 4000 FCFA par kilogramme», informe-t-il.

Conséquence, cette hausse est répercutée sur la vente en détail. Désormais, il n’existe plus ou presque d’unité qui s’échange à 25 ou 50 FCFA, comme c’était le cas il n’y a pas longtemps. «On vend un cure-dents qui était de 100 FCFA à 150 FCFA, mais aussi il y en a pour 500 FCFA, l’unité. Nous arrivons à nous en sortir», indique Alseyni. A l’en croire, «ce qui explique l’augmentation des prix, c’est le fait que ces cure-dents proviennent de l’extérieur du pays et il faut payer des taxes, sans compter les tracasseries routières. «Le Sénégal n’en dispose pas énormément et aussi, sur la route, il y a trop de barrages, puisque ce que je vends vient de la Guinée-Conakry.»

Le cure-dents est un bâtonnet qui sert de «brosse» à dents traditionnelle. Il est utilisé depuis des siècles par des humains pour garder une dentition solide, saine et sans caries. D’autant plus que, selon une certaine culture africaine, l’usage de cure-dents (dont le bout est bien mâché avec les dents) adoucit les nerfs et favorise une bonne réflexion et procure ainsi la sagesse. Sur le plan religieux, le cure-dents est une recommandation forte du Prophète de l’Islam, Muhammad (PSL) car il permet, entre autres bienfaits, de garder la bouche propre, de combattre la mauvaise haleine et les dents en bonne santé.

Une pratique traditionnelle dont les jeunes ne connaissent pas toujours l’importance, nous dit Abdou. «Le cure-dents fait partie de notre héritage, c’est ce que nos parents connaissaient et utilisaient. Et pourtant, ils avaient de belles dents. Malheureusement, les jeunes ne savent pas son importance», dit-il. «C’est bon de l’utiliser en ce mois de Ramadan, parce que ce n’est pas la même chose que la brosse à dents moderne. En utilisant les brosses et dentifrices, on sent le goût. Et si l’on ne fait pas attention, on peut l’avaler ; ce qui est dommage pour le jeûneur. Alors qu’on ne risque pas cela avec le cure-dents qu’on peut emporter partout», ajoute-t-il.

ALHOUSSEINY DJIGO (STAGIAIRE)

Leave a reply