«Réallouer les 100 milliards de dollars des DTS aux pays africains», Macky Sall à la Directrice générale du FMI

0
679

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva a salué, hier vendredi, en conférence de presse conjointe le leadership du président de la République Macky Sall ayant conduit à l’allocation des 650 milliards de dollars des Droits de tirage spéciaux (Dts). Elle a, en outre rassurer le soutien de son institution à accompagner l’Afrique dans la relance des économies respectives.

En conférence de presse conjointe avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, en visite de travail à Dakar, le chef de l’Etat, Macky Sall a fait savoir à son hôte que l’Afrique a encore besoin de fonds pour la relance des économies respectives. A ce propos, il dira : «De façon générale sur la réallocation des Droits de tirages spéciaux (Dts), nous travaillons en parfaite synergie avec les grands pays partenaires pour que 100 milliards de dollars soient réalloués au continent africain».

Une réallocation qui va, selon lui, «servir à bonifier en partie l’accès au crédit privé pour financer la relance et aussi selon des modalités à convenir, cela devrait participer à la relance économique dans nos pays respectifs pour lutter contre le chômage, la pauvreté…»

A ce sujet, la directrice de rappeler pour magnifier le leadership du président Sall ayant conduit à l’allocation de 650 milliards de dollars au continent africain. «C’est une première, car le Fmi n’a jamais alloué une somme aussi conséquente. Et ça, c’est le président Sall qui a été le maître d’œuvre», a-t-elle déclaré. Au sous chapitre, relativement aux 100 milliards de dollars qu’aurait besoin l’Afrique pour la relance économique, la directrice générale rassure : «Nous sommes sur la bonne voie de mobilisation de ces ressources financières. A ce jour, nous avons pu mobiliser 58 milliards de dollars. Donc, monsieur le président de la République nous espérons pouvoir répondre favorablement à votre requête».

Magnifiant le dynamisme de la croissance économique du Sénégal comparativement à la sous-région et au plan mondial, la patronne du FMI dira quela croissance économique du Sénégal est porteuse d’espoir. «Elle se projette sur 5,4%», fait-elle savoir. Donc, relativement près de «5% pour l’économie mondiale». «Ce qui est une bonne chose», ajoute-t-elle. Sur ce point, le chef de l’Etat n’a pas manqué de relever son inquiétude par rapport au déficit budgétaire dans la zone Uemoa arrêté à 3% et donc le Sénégal travaille d’arrache-pied pour y arriver en 2024 mais la crise sanitaire risque de le compromettre.    

Les politiques d’inclusions sociales se poursuivront

Craintif par rapport aux nombreuses incertitudes liées à la crise sanitaire, à la hausse vertigineuse des produits pétroliers et gaziers qui pèsent lourdement sur les économies africaines, le président Sall dira : «Pendant que la crise sanitaire se prolonge sur l’année 2022, nous avons des incertitudes et nous devons continuer à être résilient au plan sanitaire et également continuer à accompagner nos populations au plan social».

Et sur ce, il ajoutera : «Toutes les politiques d’inclusions sociales doivent être maintenues». A ces pesants, il souligne, «la flambée des prix des matières premières en particulier, le pétrole mais également les transports notamment frets maritimes et aériens qui sont des facteurs externes qui agissent fortement sur nos économies».

Pour y arriver, ajoutera-t-elle, il faut des efforts supplémentaires notamment «l’accès aux vaccins et la production massive de vaccins».

Convaincu que seule une vaccination de masse pourra atténuer les dégâts de la pandémie, dira : «il faut avoir vacciné 40% de la population d’ici la fin de l’année et 70% à la mi-année 2022».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.