Recensement général de la population et de l’habitat : un mois chrono pour dénombrer les Sénégalais et leurs activités économiques

0
866

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Madame Oulimata Sarr, a officiellement donné le coup d’envoi du cinquième (5ème) Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-5), hier lundi. Cette opération qui va consister à collecter, en vue de grouper, évaluer, analyser, publier et diffuser, des données démographiques, économiques et sociales se rapportant à tous les habitants du Sénégal, se déroulera du 15 mai au  14 juin. L’Agence Nationale de Statistique et de la Démographie (ANSD) a enrôlé et formé 32.000 agents recenseurs pour la réussite du RGPH qui se fait tous les 10 ans.

C’est parti pour le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH). Il consiste à recueillir, à grouper, à évaluer, à analyser, à publier et à diffuser des données démographiques, économiques et sociales se rapportant, à un moment donné, à tous les habitants d’un pays. Le top départ de cet exercice, le cinquième (5ème) du genre (RGPH-5), prévu du 15 mai au  14 juin, a été donné par le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Madame Oulimata Sarr, hier lundi.

Selon l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), en charge de ce recensement qui se fait par 10 ans, 32.000 agents recenseur ont été recrutés et formés pour sillonner le Sénégal pendant 1 mois pour recenser tous les ménages. Chaque agent recenseur est muni d’une tablette sur laquelle il saisit les données. Les données du RGPH permettent aux autorités de planifier et d’évaluer les politiques et programmes de développement sociaux et économiques du niveau national au niveau local.

Abdou Diouf, Directeur général adjoint de l’ANSD explique : «nous avons mobilisés 32.000 agents recenseur qui ont été formés   pendant 10 jours. Et, de ces 32.000 agents recenseur, nous avons pu sortir 4000 qui serons des contrôleurs donc, à l’issu des tests qui ont été effectués à post-formation et 22.000 serons considérés comme agents recenseurs ; le reste va constituer la réserve et ils devront  également faire le recensement  des personnes comptées à part c’est à dire les universités, hôpitaux et les Maisons d’arrêt et de correction».

Il a rajouté que le budget global de l’opération, sur les 4 années, et de 23 milliards de FCFA. «Il faut comprendre que le recensement a débuté depuis 2021 avec un ensemble d’opérations de sensibilisation, de communication, la conception des outils techniques qui a été suivi, en  2022, par la phase cartographie qui nous a permis de sillonner l’ensemble du territoire national, de partitionner les 557 communes que compte le Sénégal en district de recensement c’est-à-dire l’aire géographique de travail de l’agent recenseurs. Et tout cela a été par la suite intégrer dans les tablettes, avec les opérations informatiques et les applications qui ont été développées. Et c’est tout cela  qui constitue un budget de 23 milliards qui va consacrer également une partie en 2024, pour ce qui est de la rédaction des documents et de la conception de certains documents».

Revenant sur le dernier recensement qui remonte en 2013, M. Diouf «nous étions à 13 millions 500 mille  habitants. Les projections dermographiques issues de ce recensement  situe la population du Sénégal, en 2023, à  18 millions  200 mille habitants, à peu près. Maintenant, les résultats qui sortiront de ce recensement vers lequel nous allons vont permettre d’ajuster et corriger, s’il y a lieu donc, les données de populations. Et nous donnera des chiffres beaucoup plus précis au niveau de chaque collectivité territoriale au niveau national».

2023, ANNEE 3 CHANTIERS POUR L’ECONOMIE ET LA PLANIFICATION POUR LE SENEGAL

Madame Oulimata Sarr, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, trouve que «cette année est une année de chantiers pour le Sénégal : 3 chantiers pour l’économie et la planification dont le plus important c’est le recensement des populations qui est un chantier extrêmement important ; le 2ème chantier, le recalcule du PIB du Sénégal  avec comme année de référence 2023 ; le 3ème chantier de notre planification, c’est le PAP 3 (3ème Plan d’actions prioritaires)». Plusieurs recommandations ont été faites à l’endroit des populations notamment pour aider les agents de recensement à bien faire leur travail, donner les bonnes informations, être ouverte.

Le RGPH-5 collectera, pour la première fois, des données  liées à des maladies non transmissibles, comme le diabète et l’hypertension artérielle. «Nous (de l’ANSD) avons introduit, pour la première fois, une variable qui va collecter des données sur les maladies endémiques non-transmissibles que nous connaissons maintenant (comme) le diabète, l’hypertension, etc.», avait annoncé, à Thiès, Aboubacar Sédikh Bèye, Directeur général de l’ANSD.

MAO NDIAYE (STAGIAIRE)

 

Leave a reply