Recherche et innovation: 100 laboratoires d’un montant de 52 milliards livrables en 2022

0
135

Le Sénégal est dans une bonne dynamique de recherche-action développement, fait savoir le directeur général de la recherche et de l’innovation au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Il a annoncé hier lundi, à l’ouverture de la 5ème édition des journées scientifiques du Cames, qui se tient au Cesag les 06 et 07 courant.

Le professeur Amadou Galo Diop, directeur général de la recherche et de l’innovation, au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation du Sénégal a présidé ce jour l’ouverture de la 5ème édition des journées scientifiques du Conseil africain et Malgache pour l’enseignement supérieur (Cames). A cette rencontre de 2 jours, qui se tient au Centre africain d’études supérieures et de gestion (Cesag) et réunissant des chercheurs des pays membres du Cames et ceux de la République fédérale d’Allemagne se veut un creuset de « renforcement de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche dans notre espace commun, et à les hisser, via nos universités et centres de recherche vers les standards internationaux », a dit le directeur général de la recherche et de l’innovation. Poursuivant son propos, il laisse entendre que « le président de la République Macky Sall a lancé un programme d’équipement de 100 laboratoires d’un montant de 52 milliards de Francs CFA ».  Parce que considérant que le développement de la science, à travers la recherche et l’innovation nécessitent certain nombre d’infrastructures de pointe.

Fort de cette dynamique, « le Sénégal s’est également doté d’un supercalculateur possédant une puissance de calcul d’un pétaflop et d’un Data center national d’une capacité d’une capacité de 1000 Téra octets ». Ces outils devraient être complétés, poursuit-t-il « dans le courant de l’année 2022, par la livraison de la première tranche du Parc des technologies numériques de Diamniadio et à un horizon un peu plus lointain par l’acquisition d’un réacteur nucléaire de recherche auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique ». Mr Diop d’appeler à la mutualisation des synergies d’actions en rassurant que « tous ces outils sont à la disposition de l’espace Cames et au-delà, dans l’esprit panafricain qui nous toujours animé, depuis les premiers pas de l’Université Sénégalaise et ce, depuis 1917 qui a vu naitre sa première “fille“ que fût l’École de médecine de Dakar, génératrice de l’Université de Dakar, puis l’Université Cheikh Anta Diop et ses nombreuses cadettes puissamment actives, sans compter les nombreux alumni disséminés à travers toute l’Afrique dont 8 présidents de République et delà, à travers près de 70 nationalités qui ont séjourné, étudié et mené des travaux de recherches à Dakar et au Sénégal ». En somme, dira-t-il : « l’Université Sénégalaise a toujours été et se veut une Université Africaine, une Université internationale, au service de l’Excellence, à la promotion des Lumières quelles qu’en soient les sources ».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :