Recrudescence des accidents : carnage sur les routes

0
356

Le Sénégal ne finit pas de compter ses victimes à cause des accidents de la route. Après les 16 morts recensés avant-hier, mardi entre Sindia et Koussanar, deux décès sont enregistrés hier, mercredi 28 septembre à Grand Mbao.  Un bilan qui vient s’ajouter aux 33 morts notés au Magal de Touba. Ailleurs, sur la Nationale 1, entre Kaolack-Tamba, les données sécuritaires font état de 70 morts entre janvier et septembre 2022.

Plus de 50 morts en moins d’un mois. C’est le triste bilan des accidents de la route de ces dernières semaines. 16 personnes sont mortes entre Sindia et Koussanar avant-hier, mardi 27 septembre. Dans la journée d’hier, 2 personnes à bord d’un taxi ont perdu la vie dans un accident au rond point de Grand Mbao selon les secours. Quelques jours plutôt, à la date du 19 septembre, la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (Bnsp) faisant le bilan des accidents lors du Grand Magal de Touba, avait dénombré 33 corps sans vie et 906 blessés. Ce sinistre bilan ne concerne  que la période du 10 au 17 septembre durant laquelle, les pèlerins affluaient massivement vers Touba. Par ailleurs, selon l’Agence de presse sénégalaise (Aps), les dernières données de la compagnie de gendarmerie de Kaolack, indiquent que, «231 accidents de la route ayant fait 70 morts et 537 blessés ont été dénombrés sur la route Nationale 1, qui relie Dakar à Tambacounda (est), entre janvier et septembre 2022».

La compagnie des sapeurs-pompiers de Kaolack, pour sa part, affirme que 57 des 78 interventions qu’elle a effectuées du 30 août au 27 septembre impliquent des motos Jakarta. Ces accidents ont fait deux morts et 86 blessés. Et pourtant, cette cinquantaine de morts ne prend en compte que les cas relayés par les médias et dire que chaque jour, des Sénégalais continuent de perdre la vie sur les routes sans que la presse n’en fasse échos.  Le Sénégal n’est donc pas sorti de l’auberge en dépit des nombreuses réformes entreprises par les autorités et les activités de sensibilisation menées par des structures dédiées. L’insécurité routière demeure une préoccupation qui peine à trouver une solution définitive. Chaque année au Sénégal, environ 600 personnes perdent la vie dans des accidents de la circulation. Les facteurs qui sont toujours pointés du doigt sont l’excès de vitesse, le non-respect du code de la route et l’indiscipline des chauffeurs.

Fatou NDIAYE

Leave a reply