Récupération et recyclage pour art, construction, décoration… : La seconde vie des pneus usés

0
433

Les pneus usés constituent un danger pour l’environnement, en raison des composantes chimiques nocives qu’ils comportent et de l’encombrement qu’ils occasionnent, mais aussi une menace grave pour la santé, surtout qu’ils sont souvent brulés à l’air libre dans les rues, sans précaution. Ils sont en train de devenir, s’ils ne le sont déjà, une hantise des rues de Dakar. On les retrouve éparpillés çà et là, et pour la plupart empilés et laissés pour déchets plastique. Face à l’ampleur du désastre, de plus en plus d’«amis» de la nature s’investissent à inverser la tendance, à travers la récupération. Ainsi, le recyclage qui peut en être fait offre une seconde vie à ces pneus, dans un sens écologique de contribuer à préserver l’environnement.

 

Par Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

 

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Cette maxime de Lavoisier trouve tout son sens dans ce contexte. A Dakar, les pneus usagés font partie du décor de certaines rues. Une situation devenue presque anodine, tant les populations s’y sont habituées. Une bonne partie de ces déchets finit  dans les décharges sauvages ou est exposée dans les rues ou même brûlés lors des manifestations, contribuant ainsi à vulnérabiliser l’environnement avec les Polluants organiques persistants (POP) qu’ils projettent dans l’atmosphère. A cause de substances chimiques qu’ils possèdent (persistants, bioaccumulables, toxiques et mobiles sur de grandes distances), les POP sont reconnues comme une menace grave et mondiale pour la santé humaine et les écosystèmes (Convention de Stockholm).

 

Ces menaces n’y feront rien. Le décor qu’offrent certaines rues de la capitale sénégalaise est à la limite alarmant. Les pneus usés empilés sur la chaussée, c’est ce qui nous frappe la conscience le plus notamment au marché Pétersen  et aux alentours du Stade Demba Diop de Dakar. Face à ce phénomène qui affecte négativement notre cadre de vie, des concitoyens à l’esprit fécond ont eu l’idée de récupérer et de transformer des pneus usés en mobilier de décoration ou en système de conservation pour les aliments, entre autres.

 

DES PNEUS USES POUR CONSTRUIRE DES HANGARS DE STOCKAGE ECOLOGIQUE, POUR LA CONSERVATION DE RECOLTES

 

Ndeye Marie Aïda Ndieguene, spécialisée dans la création de solutions écologiques à base de matériaux recyclés et naturels pour le secteur de la construction, est de ces gens-là qui, soucieux de l’environnement, proposent des solutions innovants à ce problème des pneus usagés. A travers la structure dénommée EcoBuilders MS qu’elle dirige, Ndeye Marie construit des hangars de stockage écologique qui maintiennent la fraîcheur de la terre pour assurer la conservation des récoltes.

Cette «amie» de la nature nous explique ce qui la motive : « tout d’abord, je suis environnementaliste ; l’impact environnemental et l’importance environnementale des activités que je mène est fondamentale pour moi. Et, aujourd’hui, quand on parle des déchets plastiques, on parle de la problématique de gestion et de la chaîne de recyclage et de la valorisation de ces déchets. Donc, il était important, en tant qu’ingénieure en Génie civil, de voir comment nous pouvons valoriser ces déchets qu’on pourrait considérer comme de véritables matériaux. En environnement, on parle de flux valorisable. C’est vraiment quelque chose qu’il faut valoriser et intégrer dans la chaîne, en toute sécurité bien sûr ».

 

LE CHOIX D’INVESTIR CES MATERIAUX STRUCTURELS

« Les pneus sont des matériaux structurels qui peuvent nous permettre, aujourd’hui, de construire. On a étudié la résistance de ces matériaux. On ne travaille pas seulement qu’avec les pneus, on utilise également  les bouteilles et les sachets en plastiques, toujours dans le domaine du recyclage, afin aussi de produire des hangars de stockage pour les producteurs agricoles. Nous avons ainsi mis en place une chaîne de récupération dans les villes, à destination des campagnes, pour solutionner la problématique poste-récolte. »

L’environnementaliste d’alerter sur la durée de vie de ces déchets, comme les autres plastiques. « Les pneus usés prennent énormément de temps à se dégrader dans la nature. À l’échelle de temps, aucun être humain ne peut survivre le temps de dégradation de ces déchets. Donc, il est important, aujourd’hui, de savoir, de comprendre comment ils sont utilisés, comment les intégrer dans les chaînes de consommation. Il y en a partout dans les rues de Dakar et un peu partout au Sénégal. Et aujourd’hui, il fallait trouver une solution à ce probleme. »

 

L’ASPECT DECORATIF, UNE AUTRE SOLUTION CONTRE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL NEFASTE

C’est une lapalissade que de dire que ces pneus usagés dans la nature sont nuisibles à l’environnement. « L’impact environnemental est un enjeu majeur parce que, comme je le disais, ce sont des pneus qui se retrouvent dans les rues, et aussi dans nos océans, dans nos canalisations et un peu partout et qui causent des problèmes environnementaux majeurs. La pollution des océans aujourd’hui est due, en majeur partie, à ce type de déchets. Il fallait trouver une solution et nous y apportons notre contribution », confie Ndeye Marie Aïda Ndieguene.

 

Parallèlement à ce recyclage, Ndeye Marie a su joindre l’utile à l’agréable en donnant un aspect décoratif à ce qui est toujours considéré comme déchets. « Nous avons montré qu’il était possible de fabriquer des meubles avec ces pneus-là, en faisant ressortir cet aspect décoratif, un aspect esthétique majeur, intéressant, et cette forme circulaire que nous pouvons donner à nos constructions. Les consommateurs, les clients aiment beaucoup ça ; donc aujourd’hui, je pense que, d’un point de vue décoratif, c’est vraiment agréable à regarder et puis ça montre aussi la conscience environnementale que nous devons avoir. »

 

PROJETS

 

L’ambition de Ndeye Marie, avec EcoBuilders MS, c’est d’arriver à disséminer des hangars de stockage écologique partout au Sénégal. « Nous sommes en train de construire un hangar au niveau de Keur Abdou Ndoye. Notre objectif, c’est d’en implanter un peu partout au Sénégal et de permettre aux producteurs déjà d’avoir conscience  que ce que nous considérons comme déchets peut servir comme matériaux pour solutionner des problèmes. Et aujourd’hui,  en utilisant ces pneus-là, bien sûr, on prend en compte l’aspect pollution des pneus, on construit avec des matériaux recyclés, mais aussi avec des matériaux naturels qui nous permettent de contrebalancer. Nous avons mis en place cette solution et nous souhaitons l’implanter un peu partout au Sénégal. »

 

Comments are closed.