Réduction de la facture alimentaire : la BAD décaisse 79 milliards

0
133

Mohamed Chérif, représentant résident de la Banque africaine de développement (Bad) et Amadou Hott, ministre de l’économie, du plan et de la coopération ont acté hier mercredi 10 août, à Dakar une convention de financement relatif au Programme de production alimentaire d’urgence pour un montant sous forme de prêt concessionnel de 120,947 millions d’euros soit 79,329 milliards de FCFA, décaissable en deux tranches.

Dans le cadre de la facilité africaine de production alimentaire d’urgence (Aefpf), la Banque africaine de développement a concocté un Programme de production alimentaire d’urgence, en appui budgétaire sectoriel.

Lequel programme s’inscrit dans la réponse de la Banque pour appuyer les Pays membres régionaux face à la nouvelle crise engendrée par la guerre en Ukraine.

Il a pour but de contribuer au renforcement de la souveraineté alimentaire du Sénégal par la réduction de la dépendance à l’importation des céréales de base et de produits horticoles à vocation vivrière. Dans les documents transmis à la presse, il est mentionné que l’objectif spécifique est la diminution dans le court et moyen terme de la dépendance du pays aux importations alimentaires à travers l’augmentation de la production et de la productivité des céréales de base (riz, maïs, mil) et des produits horticoles (pomme de terre).

Le ministre Amadou Hott de faire savoir que ce Programme de Production alimentaire d’urgence «vise à atténuer les chocs exogènes sur le plan financier, économique et social et à juguler la tendance haussière des productions céréalières observée ces dernières années, notamment en concentrant les efforts sur la mise à disposition des principaux intrants aux producteurs (semences et engrais en particulier)».

 

Toujours selon lui, «le But du Programme est de renforcer la souveraineté alimentaire du pays par la réduction de la dépendance à l’importation des céréales de base et de produits horticoles à vocation vivrière. Son objectif spécifique est de contribuer à la diminution, dans le court et moyen terme, de la dépendance du pays aux importations alimentaires à travers l’augmentation de la production et de la productivité des céréales de base (riz, maïs, mil) et des produits horticoles».

L’intervention permettra à environ «850.000 ménages dont 20% dirigés par des femmes d’avoir un accès sécurisé à des semences et intrants en qualité suffisante. Les différentes réalisations auront un effet positif sur les revenus des ménages, ainsi que sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays», détaille le ministre.

Le montant total du Programme de 120,947 millions Euros, soit environ 79,33 milliards de FCFA, sera décaissé en 2 tranches.

Mohamed Chérif de préciser que l’appui budgétaire sectoriel, est le 1er projet approuvé le 8 juillet 2022, de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence (Aefpf).

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply