Réduction du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme dans l’espace Cedeao et en Mauritanie : le Giaba et le projet Ocwar en action

0
1038

Le Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest a démarré le 31 octobre 2022 à Saly-Portudal, un atelier régional sur les rôles et responsabilités du comité interministériel, comité national de coordination de la Lb/c/Ft/P (lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massive.  Le projet Ocwar-M a pour objectif de contribuer à la réduction du blanchiment de capitaux (Bc) et du financement du terrorisme (Ft) dans les 15 pays de la Cedeao et en Mauritanie.

Edwin W. Harris Junior, le Directeur Général du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba) considère que ’’ la création des comités interministériels des comités nationaux de coordination selon l’appellation dans les pays est d’une importance capitale dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et le financement d’armes de destruction massive ‘’. A l’en croire, la majeure partie du travail dans la lutte contre le blanchiment de capitaux repose sur les cellules de renseignements financiers. La création des comités interministériels, des comités nationaux de coordination vient appuyer au travail des cellules de renseignement financier en matière de coordination de coopération. Selon ses propos, la mission qui est assignée ne saurait être détachée de celle du Giaba consistant à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et la protection du système financier des crimes cités. Selon lui, les partenaires s’investissent pour assister les pays afin de renforcer leurs capacités en matière de lutte contre ces infractions citées plus haut.

Pour Stéphanie Barthomeau, coordinatrice du projet, le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et le financement de la prolifération des armes de destruction massive (Bc/Ft-Padma) restent des menaces pour la sécurité et l’intégrité des Etats. La lutte contre ces infractions exige des dispositifs essentiels à la protection de l’intégrité des marchés et de la structure financière mondiale. ‘’Les objectifs du diagnostic restent l’analyse du dispositif national de coordination de chaque Etat membre du Giaba et de la Mauritanie. Financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par Expertise France, Oswar-M est l’un des trois projets du programme de lutte contre le crime organisé en Afrique de l’Ouest avec Ocwar-T (Trafic) et Ocwar-C (Cyber-sécurité)’’. Selon Stéphanie Berhomeau ‘’Les objectifs poursuivis par le projet sont d’avoir des cadres légaux et réglementaires solides, des cellules nationales de renseignement financier formées et outillées, une chaîne pénale réactive et opérationnelle, des assujettis organisés et conscients de leur rôle, une coopération régionale et internationale efficace. Ce mécanisme de coordination est essentiel pour la définition et la mise en œuvre d’une politique nationale efficace de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ». Et de conclure : «  Les 15 Etats-membres du GIABA et la Mauritanie disposent tous, désormais, d’un tel mécanisme de coordination. Pour autant, tous ne sont pas aussi dynamiques qu’ils devraient l’être et peinent à tenir leur rôle pour des raisons soit structurelles soit conjoncturelles selon les pays. Pourtant, un comité national de coordination fort et structuré est un préalable indispensable à un dispositif Lbc/Ft conforme et efficace ».

SAMBA NIEBE BA

Leave a reply