Réforme des retraites en France: le gouvernement droit dans ses bottes

0
622

(Rfi.fr)- Ce lundi matin se tenait un Conseil des ministres largement consacré à la présentation de la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Et malgré l’opposition du front syndical et de la rue qui a manifesté jeudi 19 janvier, le gouvernement ne cède pas sur les principales revendications.

Le ministre du Travail a beau dire que le texte a été largement enrichi, que les quatre mois de concertation ont été utiles, pas de nouveautés dans le projet de loi de finances rectificative adopté en Conseil des ministres ce matin.

On avait déjà la revalorisation des petites pensions à 1 200 euros brut pour tous les retraités, y compris les retraités actuels, la prise en compte du congé parental dans le calcul des trimestres, mais rien de nouveau sur l’emploi des seniors, pas de mesures coercitives dans l’immédiat comme le réclamait une partie de la majorité pour forcer les entreprises à donner du travail aux plus de 55 ans. Mais surtout, le gouvernement maintient le cap : un report de l’âge légal de départ à 64 ans à l’horizon 2030, une accélération de l’allongement de la durée de cotisation dans le même temps.

« L’équilibre », comme un mantra

Sans grande surprise, le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a fermé la porte à un recul du gouvernement sur le report de l’âge légal de départ. « Revenir sur ce point serait renoncer au retour à l’équilibre du système », a déclaré le ministre. « Les mesures d’âge que nous prenons », le relèvement de l’âge légal (64 ans en 2030) et l’accélération de l’allongement de la durée de cotisation (43 ans dès 2027) « sont celles qui permettent de ramener le système à l’équilibre en 2030 », a fait valoir Olivier Dussopt lors du compte rendu du Conseil des ministres.

« Revenir sur ce point serait renoncer au retour à l’équilibre et donc manquer de responsabilité pour les générations futures », a-t-il ajouté, tout en relevant « un désaccord avec les organisations syndicales » sur ce sujet.

Olivier Dussopt dit rester cependant toujours ouvert à des améliorations « tant que cet équilibre n’est pas modifié », précise-t-il, avant d’admettre que cette réforme comporte des imperfections, mais « tout système comporte des imperfections », conclut le ministre du Travail qui passe maintenant le relais aux parlementaires : le texte arrivera en commission à l’Assemblée dans une semaine.

Les organisations syndicales, confortées par le succès des grèves et manifestations de jeudi, ont, elles, appelé à une nouvelle journée d’action le 31 janvier. La journée du 19 a rassemblé plus d’un million de personnes dans toute la France, selon les autorités, plus de deux millions selon les syndicats.

Leave a reply