Réforme du secteur de l’électricité et/ou filialisation de la Senelec : les réserves du Sudeten

0
360

Le Syndicat unique et démocratique des travailleurs de l’énergie est sceptique sur le schéma de la filialisation de la Senelec. En conclave ce week-end, au Cap des biches, pour la fusion entre le Syndicat unique des travailleurs de l’énergie (Sudeten) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’électricité (Satel), ces travailleurs ont appelé l’Etat à faire preuve de prudence dans le processus de réforme du secteur de l’électricité en cours.

Réunis en conseil syndical, les travailleurs de la Senelec ont évoqué la situation de leur entreprise, en particulier la question relative à la réforme du secteur de l’énergie et au nouveau code de l’électricité. A ce sujet, les membres du Sudeten ont émis des réserves quant à l’option de l’Etat de laisser l’intégralité de la production de l’électricité au privé. Alhasanne Bâ, secrétaire général du Sudeten et ses camarades craignent une menace sur la souveraineté électrique du pays.  « Depuis des années, on nous parle de filialisation et la direction générale a eu à faire la présentation de cette filialisation le 25 juin 2021. On a eu le mois suivant le vote la loi 031-2021 portant sur le code de l’électricité. Ce code gère les généralités et laisse à la Senelec, les prérogatives sur les spécificités…Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas claires concernant ce code de l’électricité. Déjà, pour la participation des travailleurs, dans la production de Senelec, on parle d’un certain pourcentage dans l’article 22, alinéa 3 relatif à la géographie du Capital. On parle de 40% mais il reste le décret pour le définir. Notre inquiétude, c’est qu’au départ dans les objectifs de ce code, on devait garantir le service public. Deuxièmement, on devait faire la promotion des privés dans le secteur de l’énergie. Mais ce que nous avons vu, c’est qu’il n’y a pas de compétition saine », a dit Alhassane Bâ. En effet, les employés de la Senelec se disent préoccupés par la présence de plus en plus grande du secteur privé dans la production au détriment des centrales de la société nationale. Une situation jugée paradoxale dans le contexte. Car ailleurs c’est le phénomène inverse qui est observé avec un retour à la nationalisation dans les pays où la libéralisation était déjà pratiquée. «…Même les pays qui avaient libéralisé leur énergie sont obligés de revoir pour renationaliser. L’exemple de la France est là, il y a d’autres pays africains », a révélé le syndicaliste pour soutenir la nécessité de sauvegarder l’intégrité de la Senelec et se mettre à l’abri des humeurs des privés. Dans ce sens, ils invitent l’Etat à garder une présence dans la production. « Même si on fait des filiales, il faut préserver l’intégrité de Senelec et en même temps la souveraineté énergétique. Par exemple, il y a eu les mois passés des délestages qui étaient dus à une mauvaise qualité du combustible, et certaines centrales privées n’ont pas accepté de consommer ce combustible dont la teneur en soufre était élevée, dans le but de préserver leurs installations. Pendant ce temps, les Sénégalais sont restés dans le noir. Si c’était avec les centrales de Senelec, nous serions obligés de fonctionner et de donner aux Sénégalais de l’électricité. Pour dire que les privés ne sont préoccupés que par leur propre profit. Donc, nous lançons un appel à l’Etat du Sénégal d’essayer de revoir sa copie, pour qu’ensemble avec les acteurs, par une démarche inclusive et participative de tous les acteurs, qu’on arrive à mettre en place un bon cadre pour le développement de l’énergie au Sénégal », a alerté le leader du Sudeten.

Alhassane Bâ et ses camarades rappellent que le Sénégal va démarrer la phase d’exploitation de son pétrole et de son gaz, une raison suffisante pour ne pas se retirer de la production, le cas échéant, ce serait incompréhensible pour eux.  « Ce que nous ne pouvons comprendre, au moment où le Sénégal a fait des découvertes et va faire l’exploitation du pétrole et du gaz, on nous parle de filialisation. C’est aberrant. Puisque jusque-là cela marche, nous ce que nous demandons à l’Etat du Sénégal, c’est d’essayer de maintenir la Senelec dans le service public pour que les Sénégalais puissent avoir une électricité de qualité durable, accessible à tous et à moindre coût ».  A défaut, le syndicat conseille de garder au moins « 50% de la production pour garantir la souveraineté énergétique du pays ».

WORE NDOYE

 

Leave a reply