Réforme foncière : Macky Sall donne les raisons de la non application des recommandations de la CNRF

0
155

Le Sénégal n’aurait disposé d’aucun mètre carré public sur les terres du domaine national, si le chef de l’État avait suivi les recommandations de la Commission nationale de réforme foncière qu’il avait lui-même institué par décret 2012-1419 du 06 janvier 2012. C’est le président Macky Sall lui-même qui a donné l’information ce jour, mardi 18 janvier 2022, lors de la Rentrée solennelle des Cours et Tribunaux.

«Ma conviction intime est que si j’avais appliqué les conclusions du rapport de cette commission nationale en moins de douze mois, il n’existerait plus un seul mètre carré public sur les terres du domaine puisque les collectivités territoriales allaient octroyer toutes les terres et nous nous retrouverions dans une situation comme celle en Afrique australe où toutes les terres sont octroyées à des privés. Je ne peux pas assumer cette responsabilité. Donc il nous faut continuer la réflexion», a déclaré le président Sall estimant ainsi qu’il faut garder l’équilibre entre les différents enjeux et conséquences qui s’attachent à la question foncière.

Auparavant, le président a tenu à faire quelques précisions par rapport à la commande faite à ladite commission. Il a expliqué que «lorsqu’on est chargé de proposer, il appartient à celui qui en est le commanditaire d’apprécier le travail à la lumière des conclusions, des propositions d’en faire ce qu’il en veut». Il semble dire ainsi que Moustapha Sourang, président de la CNRF et ses camarades avaient outre passé leurs prérogatives car, selon lui, ils avaient demandé «à l’État d’appliquer les conclusions de la commission dans le sens qu’elles vont renforcer le système de gouvernance foncière».

Il a par conséquent estimé qu’il va falloir étudier «la mise en œuvre de certaines recommandations de la Commission nécessite des études complémentaires». Cela, non sans monter l’attention particulière qu’il accorde au foncier car, selon lui, «je suis convaincu du reste et je reçois souvent, y compris en réunion du conseil de sécurité, des remontés d’informations qui font état de points critiques liés au foncier. Il nous faut donc veiller, dans une démarche prudentielle, à concilier l’impératif de sécurisation des droits fonciers et celui de la mise en valeur des terres».

J M D  

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :