Relance du secteur touristique et hôtelier : des lenteurs dans les procédures et des banques, indexées

0
234

Les angles ont été arrondis entre la tutelle et les acteurs privés du tourisme et de l’hôtellerie. Une rencontre les a réunis hier, jeudi 12 mai. A cette occasion, les acteurs ont pointé les lenteurs dans les procédures du financement de la relance après la crise sanitaire.

La rencontre d’évaluation du crédit hôtelier a révélé les raisons de la faiblesse dans le financement des entreprises touristiques et hôtelières, dans le cadre de la relance post covid-19. En effet, dans le cadre du soutien des industries touristiques, l’Etat a mis en place un mécanisme de financement avec des banques partenaires, sous la supervision du comité de gestion du crédit hôtelier. Mais seule une dizaine d’entreprises ont été financées avec un peu moins de 10 milliards sur une ligne prévue de 50 milliards de FCfa prévus. Ce qui dénote d’une faiblesse dont les causes ont été identifiées par la rencontre entre les acteurs privés du secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Ainsi, Mamadou Racine Sy et les membres du FOPITS (Fédération des organisations patronales des industries touristiques du Sénégal) ont réitéré leurs complaintes relativement aux lenteurs dans le financement de la relance, malgré une première avance de 5 milliards auprès de chacune des deux banques partenaires que sont la BNDE et NSIA. En effet, seuls 382 dossiers sont enregistrés, 155 ont déjà été étudiés et 47 approuvés pour un financement nécessaire 19 milliards.

Selon Ismaïla Dione, « il y a eu beaucoup de retard car le premier dossier a été validé le 05 mai» et sur les raisons de cet impair, le Directeur de la réglementation touristique (DRT) a évoqué le retard dans les compléments de dossier.

La BNDE au banc des accusés

A ce propos, le ministre du tourisme et des transports aériens a directement interpelé les banques, en particulier la BNDE qui, sur les 5 milliards placés, n’a pu financer que deux dossiers pour un montant de 280 millions, selon son DGA. Les banques ont indexé un retard dû au retard dans la mobilisation des fonds de garantie, la longueur des discussions avec le ministère et dans le cadre du comité de gestion. De son côté, la banque NSIA avait déjà validé 10 dossiers et financer à hauteur de 7,5 milliards, le secteur touristique. En plus d’une enveloppe accordée au transport aérien ce qui a porté le montant de ces financements décaissés à plus de 9 milliards. Ce qui explique la résiliation du contrat-mère qui liait le ministère des finances à la BNDE. Un satisfecit a été décerné à la NSIA qui a beaucoup financé. Au cours de la rencontre, Mamadou Racine Sy a interpelé le DGA de la BNDE sur «le désir de la BNDE à participer au financement de la relance du secteur touristique et hôtelier» avant de dire que ce qui «offusque le secteur hôtelier c’est que le reliquat des 5 milliards a été transféré dans un compte tiers avant d’être affecté aux financements de 26 entreprises du secteur aériens».

Après la rencontre les parties prenantes ont accordé leurs points de vue pour dépasser la situation et repartir sur un nouveau départ. Pour cela, il a été retenu la nécessité d’accélérer les processus de financement. Et une réforme de la double validation au niveau du comité du crédit hôtelier pour réduire la durée de traitement des dossiers. La rencontre a également retenu le besoin d’harmoniser les conventions de garanties afin que la BNDE et la NSIA soient au même niveau. Tout sur fond de rapprochement des rencontres du comité du crédit qui se tiendront désormais tous les deux jours. Ainsi, la relance pourra être facilitée. «Pour que la relance se fasse dans les meilleures conditions, il nous faut un climat social apaisé», a souligné le ministre.

Mamadou Racine Sy a exprimé sa satisfaction : «le sentiment est que vous avez pris en compte toutes nos préoccupations et apporté des solutions à tous les problèmes posés. Nous sommes satisfaits» a-t-il dit.

Pour rappel, dans le cadre de la relance du secteur touristique et hôtelier et des transports aériens, l’Etat a mis en place un mécanisme de financement avec un fonds de 75 milliards partagé entre les deux sous-secteurs. Ainsi, le secteur du tourisme et de l’hôtellerie se retrouve avec une enveloppe de 50 milliards prévue.

WORE NDOYE

Leave a reply