Remaniement des dénominations

0
188

Le changement de gouvernement a entrainé aussi son lot de modifications dans la dénomination de certains ministères, mais également quelques éclatements. Revue des évolutions.

Comme presque à la publication de chaque attelage gouvernemental, celui de samedi passé comporte quelques changements dans la dénomination de certains ministères. Parfois, il s’agit de changements mineurs, mais qui épousent les préoccupations et priorités de l’heure. Ainsi, le département de l’Agriculture et de l’Équipement rural se voit ajouter « souveraineté alimentaire ». On l’aura compris, c’est lié au Programme agricole pour la souveraineté alimentaire durable (Pasad) lancé au mois de juillet dernier en remplacement du Pracas. D’un coût de 1021 milliards de Fcfa sur la période 2022-2026, ce nouveau programme va s’articuler autour du renforcement de la riziculture, de l’horticulture et du développement des céréales sèches.

Le ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage et de l’Insertion se voit délester du portefeuille de l’Emploi au profit du ministère de la Jeunesse qui, en plus, se voit confier la problématique de l’Entrepreneuriat. En devenant ministère de la « Jeunesse, de l’Entrepreneuriat et de l’Emploi », ce département gagne en galon et importance dans la conduite des politiques publiques dans un contexte où le Président de la République a fait de cette question de l’emploi et de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes une priorité comme en attestent le programme Xeyu Ndaw Gni et les structures d’accompagnement à l’instar de la Délégation à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj).

À quelques semaines de la tenue de la prochaine Cop 27 au Caire et à quelques mois du début de l’exploitation du pétrole et du gaz, la thématique de la transition écologique est au cœur du débat sur le plan mondial. Cela peut expliquer pourquoi le ministère de l’Environnement et du Développement durable est devenu « Environnement, Développement durable et de la Transition écologique ». La même logique contextuelle, mais cette fois-ci de renchérissement des prix des denrées de première nécessité peut justifier le changement observé dans l’appellation du ministère du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises devenu « Commerce, de la Consommation et des Pme ». Par ailleurs, un petit glissement lexical a été noté dans la dénomination du ministère du Développement communautaire, de l’Équité sociale et territoriale. En effet, « Équité sociale » a sauté pour laisser place à « Solidarité nationale », ainsi, on a désormais « Ministre du Développement communautaire, de la Solidarité nationale et de l’Équipée territoriale ». Même évolution lexicale mineure pour le ministère de la Fonction publique et du Renouveau du service public qui devient « Ministre de la Fonction publique et de la Transformation du secteur public ».

À côté de ces changements de dénomination majeurs ou mineurs, on a les ministères qui ont tout simplement été éclatés pour devenir deux départements distincts. Il en est ainsi du ministère du Tourisme et des Transports aériens. Cette décision a enfanté, d’un côté, le ministère des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires, et de l’autre, le ministère du Tourisme et des Loisirs. Par le passé, on a eu cette même configuration. Même cas de figure pour le ministère de la Culture et de la Communication. Il a été scindé en deux (là également, ce n’est pas nouveau), pour donner le ministère de la Culture et du Patrimoine historique et le Ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Économie numérique.

Autre nouveauté dans le nouvel attelage gouvernemental, c’est la disparition de l’appellation « Secrétaire d’État ». À la place, on a désormais des « Ministres auprès de », des sortes de « Ministres délégués » comme dans le temps. On en a quatre dont deux existants déjà dans l’ancienne équipe gouvernementale et deux nouvelles créations. Pour les existants, il s’agit de celui auprès du Garde des Sceaux chargé de la Bonne gouvernance de la promotion des droits humains et celui auprès du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Pour les nouvelles créations, il s’agit du Ministre auprès du Ministre de l’Intérieur chargé de la sécurité de proximité et de la protection civile et du Ministre auprès du Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, chargé de la prévention des inondations.

Le Soleil

Leave a reply