Remous au sein de l’administration : la colère gronde chez les agents chauffeurs

0
100

Les chauffeurs de l’Administration publique menacent de procéder à des arrêts de travail, pour obtenir une revalorisation de leur traitement. L’Association des chauffeurs a tenu une assemblée générale suivie d’un point de presse hier, jeudi 23 juin 2022, à Diamniadio.

Les chauffeurs de l’Administration publique ne sont pas contents et l’ont exprimé à l’issu de leur assemblée générale tenue hier, jeudi 23 juin 2022, à Diamniadio. Ces agents du service public dénoncent leur traitement et leur faible rémunération, avant de demander une revalorisation salariale. «Nous sommes là pour demander une revalorisation de nos salaires ; nous voulons le faire dans le calme et la discipline», a soutenu Matar Gueye, président de l’Association des chauffeurs.

Selon ces derniers, plusieurs rencontres ont été tenues avec leurs responsables sur la question, mais jusque-là aucune réponse n’a été apportée à leur doléance. Désormais, ils veulent s’adresser directement au chef de l’Etat et ont sollicité une audience à plusieurs reprises, à cet effet. Mais, malheureusement, leurs demandes sont restées sans suite.

Au-delà de la question salariale, ces travailleurs souhaitent mettre fin à la précarité qui «gangrène leur corps», avec des chauffeurs qui sont restés des contractuels pendant plus de dix (10) années ; alors que d’autres sont toujours des bénévoles et sont payés parfois par celui qui les utilise.

En effet, «sur un effectif qui compte plus de 2500 chauffeurs, seuls 980 sont employés dans la Fonction publique ; les autre sont des bénévoles et des contractuels qui capitalisent plus de dix (10) ans de services», a soutenu Diogal Diakhaté, le chargé de la communication de l’association. Mais, malheureusement, ces derniers sont laissés en rade, à chaque fois qu’une possibilité de recrutement se présente, au profit des proches et parents des chefs de services des différentes Administrations.

En plus de cela, ceux qui sont dans les ministères dénoncent une discrimination sur le plan des primes. Selon Matar Gueye, la prime de prudence est restée bloquée à 5000 FCFA par mois, soit 60.000 FCFA par an. «La prime de prudence a été instituée en 1982. Mais, depuis lors, cette prime est restée fixée à 5000 par mois, soit 60.000 l’année ; ce qui est insignifiant pour quelqu’un qui doit s’occuper d’un véhicule qui coûte 50.000.000 de FCFA et dit payer le lavage et le parking parfois», a dit le président de l’association.

Pire, les chauffeurs dénoncent une discrimination dans la distribution de cette prime qui a été revue à la hausse à hauteur de 100% pour ceux du ministère de la Santé, alors que pour les autres ministères, «pas un seul sou ne leur a été ajouté. Alors que tous ont le même permis de conduire et font le même travail», se désole le Matar Gueye.

Pour mettre un terme à cette situation, les chauffeurs pensent à mettre en place un syndicat ou à appeler les membres de leur association à militer dans les cadres syndicaux existants, car pour eux c’est le défaut de syndicalisation qui est à l’origine de tout leur mal. En attendant, les camarades de Matar Gueye, n’excluent pas un arrêt de travail, s’ils n’obtiennent pas la satisfaction de leurs doléances.

WORE NDOYE

Leave a reply