Renforcement des moyens de la marine nationale : Macky «nage» en pleine mer

0
1126

La Marine nationale n’est pas en marge de la «montée en puissance» des Armées sénégalaises. Le président de la République, Macky Sall, s’engage à renforcer les moyens de la Marine nationale afin qu’elle puisse faire face aux défis maritimes. Hier, lundi 13 juin 2022, venu réceptionner l’Ecole de formation de la Marine nationale (Eman), érigée au camp militaire Général Mountaga Diallo de Bel-Air, il a annoncé l’acquisition prochaine d’un patrouilleur qui sera renforcé plus tard par d’autres outils.

Le président de la République, Macky Sall, est d’avis «qu’avec l’exploitation inédite du trafic maritime et autres activités en mer, y compris l’exploitation des hydrocarbures, le rôle de la Marine nationale s’accroit et s’intensifie». Ainsi,  il s’engage à renforcer les moyens actuellement disponibles. «Je vais poursuivre le mis à jour de nos capacités humaines et matériels, pour exercer pleinement la souveraineté du pays sur l’espace maritime relevant de sa juridiction nationale».

Dans cette perspective, il a inauguré hier, lundi 13 juin 2022, l’Ecole de formation de la Marine nationale (Eman) dans l’enceinte du camp Général Mountaga Diallo de Bel-Air, l’ancienne construite en 1977 ne répondait plus aux besoins actuels. Bâtie sur une superficie de 1,6 ha avec une surface construite de 8184 m2, pour un total de 19 ouvrages, elle se veut d’être, selon Macky Sall, «un creuset d’acquisition de connaissances théoriques et pratiques mais, également, de formation au savoir-faire et savoir-être pour réussir la nouvelle vocation assignée à la Marine nationale».  

L’établissement doit également s’inscrire, à en croire le président de la République, «dans le dispositif des métiers devant accompagner la vocation pétrolière et gazière du pays». Il invite, de ce fait, les ministres en charge des Forces Armées, de l’Economie maritime et celui chargé des Pétroles et des Energies, «à développer les synergies nécessaires entre l’Ecole de la Marine nationale, l’Ecole nationale de la formation maritime et l’Institut nationale du pétrole et du gaz, en vue de bâtir une masse critique de ressources humaines capables de contribuer à la réalisation de cet objectif».

Les défis que doivent relever la Marine nationale sont nombreux. «Le Sénégal a une grande étendue maritime et beaucoup de Sénégalais doivent leurs substances à des activités halieutiques diverses. S’y ajoute l’aspect télécommunications notamment la pause de câbles sous-marins, activité cruciale de l’économie maritime. La découverte d’hydrocarbures offshore renforce la vocation maritime de l’économie. C’est dire, aujourd’hui, plus que jamais, l’économie est liée à la mer, au regard des ressources et zones à surveiller, à exploiter et à gérer. Ainsi, plus de 90% des flux commerciaux et des données informatiques transitent par les océans», rappelle le chef de l’Etat.

Macky Sall est d’avis que, «tout cela expose le pays aux risques et périls liés sa situation. Il s’agit de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche Inn), (de risques liés) à la piraterie au réseau de migration clandestine, la pollution marine, le trafic de drogue et d’armes». 

Dès lors, il est important, souligne Macky Sall, de renforcer les moyens de l’Armée de mer. «Voilà pourquoi j’ai tenu à la montée en puissance de notre Marine nationale, composante essentielle de nos moyens de défense. C’est le sens des importants efforts budgétaire que nous avons consentis en vue d’acquérir des navires dotés de systèmes de commandes de dernière génération. C’est un investissement jamais réalisé au profit de nos armées».

En plus de rappeler le rôle d’une ressource humaine de qualité dans l’exécution des opérations maritimes, Macky Sall annonce l’acquisition de nouveaux patrouilleurs. «Ce nouveau tournant sera marqué, dès le début de l’année 2023, par  la livraison du ‘’Walo’’, qui sera le premier patrouilleur de haute-mer de 58 m dotée de système extrêmement moderne, qui sera suivie de deux autres navires dans une séquence de six mois», promet-il.

Fatou NDIAYE

Leave a reply