Report de sa troisieme manifestation contre l’invalidation de sa liste nationale aux legisatives : Yewwi se «plie» à la volonté du peuple

0
284
Concert de casseroles- Acte 2 : Sonko remet ça pour demain jeudi 30 juin

La conférence des leaders de la coalition Yewwi askan wi (Yaw) apporte un changement de tactique dans son plan de bataille contre le régime en place. Face aux journalistes hier, mercredi 29 juin, lors d’un point de presse tenu au siège du parti Républicain pour le Progrès de Déthié Fall, Ousmane Sonko et compagnie après avoir annoncé le report à une date ultérieure du rassemblement qu’ils avaient appelé hier, à la Place de la nation, pour des raisons liées à la Tabaski, ont cependant appelé à une nouvelle journée de concert de casseroles et de klaxons pour ce soir.

La coalition Yewwi askan wi (Yaw) « Libérez le peuple » joue la carte de la décrispation du climat politique après plusieurs semaines de bras de fer avec le régime en place contre l’invalidation de sa liste des titulaires au scrutin proportionnel pour les prochaines législatives du 31 juillet. En effet, alors qu’ils avaient prévu de tenir hier, mercredi 29 juin « avec ou sans autorisation » leur troisième rassemblement à la « Place de la nation » ex-Obélisque » dans le cadre de la lutte contre l’invalidation de leur liste des titulaires au scrutin proportionnel pour les prochaines législatives du 31 juillet, les leaders de cette principale coalition d’opposition sont montés au créneau pour annoncer lors d’un point de presse le report à « une date ultérieure » de cette manifestation. Face aux journalistes, l’honorable député Aïda Mbodj, présidente du mouvement politique Alliance nationale pour la démocratie (AND) « And saxal Liguèye », par ailleurs membre de la conférence des leaders de Yaw, a d’emblée tenu à préciser que leur décision de surseoir à cette manifestation n’a aucun lien avec les mesures d’interdiction prises en cascade par des préfets.

Poursuivant son propos, l’ancienne mairesse de la commune de Bambey (région de Diourbel) a expliqué qu leur décision est plutôt motivée par la médiation d’acteurs de la société civile et la demande de beaucoup de Sénégalais dont des familles religieuses, des commerçants, des tailleurs, des coiffeuses et des parents d’élèves. « Je rappelle que ce ne sont pas les interdictions des préfets qui ont motivé notre décision. On est dans un contexte de la fête de la tabaski et beaucoup de personnes comptent sur cette fête pour s’en sortir. C’est donc, après avoir mûrement écouté le peuple sénégalais parce que beaucoup de personnes nous ont contactés pour nous demander de surseoir à cette manifestation. », a informé la présidente du mouvement politique « And saxal Liguèye » qui évoque également la période du pèlerinage à la Mecque, l’approche des examens surtout du Bac technique ainsi que les compositions et l’intervention de plusieurs forces vives de la nation comme faisant partie des raisons qui ont motivé ce renvoi. Prenant la parole à son tour, le leader de Pastef,  Ousmane Sonko abondant dans le même sens a indiqué que leur coalition est dans l’obligation d’écouter le peuple sénégalais qui est leur principale force. « Aujourd’hui, il y a inversion des rapports de force. Macky Sall est un homme esseulé, qui se cache derrière sa police et sa gendarmerie, il ne lui reste que la police et la Gendarmerie. Le rapport de force s’est inversé. Et nous, notre principale force c’est le peuple sénégalais. Et nous sommes obligés d’écouter le peuple sénégalais. »

SONKO DECRET LA DEUXIEME JOURNEE DU CONCERT DES CASSEROLES ET APPELLE A VOTER LA LISTE DES SUPPLEANTS DE YAW

Les leaders de la coalition Yewwi askan wi vont remettre ça aujourd’hui. Près d’une semaine après le premier concert de casseroles et de klaxons qu’ils avaient appelé pour le mercredi 22 juin dernier et qui avait été largement suivi dans plusieurs villes du pays, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, et ses camarades de la conférence des leaders de Yewwi askan wi ont lancé hier, un appel à un nouveau concert de casseroles et de klaxons de 30 minutes pour ce jeudi 30 juin à partir de 20h. Prenant la parole hier, lors du point de presse des leaders de Yaw, Ousmane Sonko soulignant qu’ils avaient prévu de le faire le vendredi, a ainsi invité « tout le monde à participer » à ce nouveau concert de casseroles et de klaxons  pour démontrer à Macky Sall que le peuple est plus que jamais déterminé à lui faire face s’il ne recule pas dans sa volonté de briguer un troisième mandat. Par ailleurs, le leader de Pastef invite la population à se mobiliser pour sanctionner Macky Sall et son régime le 31 juillet prochain en votant massivement pour la liste Yewwi askan wi. « Il faudra montrer votre désaccord avec le régime actuel, même si vous ne connaissez pas les personnes sur la liste nationale de l’opposition. Il faut que ce soit une défaite spectaculaire qui mettra fin en même temps au débat sur troisième mandat », a lancé la tête de liste nationale de Yewwi askan wi invalidée par la Direction générale des élections.

DETHIE FALL DROIT DANS SES BOTTES D’OPPOSANT

« Je ne serai jamais en sursis dans ce Sénégal »

Le mandataire national de la coalition Yewwi askan wi et leader du parti Républicain pour le Progrès/Diisóo ak Askan Wi, Déthié Fall a fait hier, mercredi 29 juin sa première apparition publique lors de point de presse de la conférence des leaders de cette coalition d’opposition. Seul condamné à 6 mois de prison avec sursis et une amende de 100.000 FCFA parmi les 84 personnes traduites devant le tribunal des flagrants délits de Dakar pour participation à une manifestation interdite de la coalition Yewwi askan wi le 17 juin dernier, Déthié Fall a réaffirmé sa détermination à poursuivre le combat politique contre le régime du Président Sall. « Macky Sall m’a arrêté avec Ahmed Aïdara, Mame Diarra Fam et beaucoup d’autres membres de la coalition et sympathisants. Macky Sall ne connaît pas la prison, c’est pourquoi il emprisonne les opposants. En tentant de nous museler ou de nous briser, Macky Sall et son régime ont involontairement renforcé notre détermination, nos convictions, et notre engagement auprès de la population », a fait savoir l’ancien numéro 2 du parti Rewmi d’Idrissa Seck qui précise par ailleurs qu’il ne sera jamais en sursis dans ce pays. « Six (6) mois, deux (2), ou sept (7) ans de condamnation, une chose est claire, je ne serai jamais en sursis dans ce Sénégal. Aucune pression ne peut freiner ma démarche et ma détermination. Je suis encore prêt à retourner en prison s’il le faut. »

Par NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply