(Reportage) Pas encore la grande affluence à la 29 édition de la foire internationale de Dakar

0
972

Ouverte depuis le 6  décembre, la 29éme édition de la foire internationale de Dakar  qui se déroule  au centre international de commerce extérieur du Sénégal (Cices), ne connait pas encore une grande affluence. Les exposants qui se livrent aux derniers réglages  espèrent que  dans les jours à venir, les affaires iront mieux.

Quelques jours après l’ouverture de la foire internationale de Dakar (Fidak), ce n’est pas la grande affluence. A l’entrée du Cices, il n’y a pas beaucoup de monde, mais on voit un important dispositif sécuritaire. La forte mobilisation de la gendarmerie aux alentours de la foire attire l’attention de tous les passants.

Dans l’enceinte de la foire, quelques groupes d’élèves se forment par ci et par là. Ils sont venus visiter les lieux, guidés par leurs instituteurs qui veillent au grain.

De jeunes femmes qui viennent pour chercher du travail sont assises sous les arbres en train de palabrer. Au niveau des pavillons, l’ambiance est encore calme. Au moment où certains exposants sont bien installés au niveau de leurs stands, d’autres sont en train d’aménager. Des ouvriers s’affairent aux derniers réglages.

LES EXPOSANTS GARDENT TOUJOURS ESPOIR

Confortablement assise devant son Stand, Larissa, une femme âgée d’une trentaine d’années, guette un potentiel client. Selon elle, la vente n’est pas encore florissante. Mais elle a l’espoir que les choses vont aller mieux avec le week end qui s’annonce.

« Les clients viennent petit à petit,  mais pour le moment on se plaint pas .On pense que dans les prochains jours il  y aura de la clientèle. Avec le Week End qui s’annonce, on nourrit l’espoir », soutient-elle.

A quelques encablures, Marie tient sa boutique de produits cosmétiques qui est très bien remplie. Elle aussi est très optimiste quant à la bonne marche de ces affaires pour cette 29éme édition de la Fidak.

« Pour le moment la plupart des gens qui viennent ici sont là que pour visiter, pour avoir une idée des prix et des produits vendus. Avec le temps ils vont revenir pour acheter. Donc nous gardons beaucoup d’espoir. Pour le moment rien n’est encoure perdu », lance-t-elle avec un petit sourire au coin.

Mamadou  quant à lui vient d’aménager aujourd’hui. Il expose ses tissus teintés venant du Mali communément appelés « Tioup ». Lui, il pense que  la clientèle sera au rendez-vous, car dit-il, sa marchandise est de bonne qualité et  les femmes sénégalaises adorent les « Thioups ».

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.