(Reportage) Pénurie de gaz butane, rétention des bouteilles et concurrence déloyale : un célèbre distributeur, sur le banc des accusés !

0
3886

Ces temps-ci, trouver la bonbonne de gaz donne du fil à retordre aux populations. Les boutiquiers à cours de stock se tournent vers les distributeurs qui, eux-mêmes, voient leurs dépôts s’appauvrir. Une seule explication : des distributeurs détiennent à volonté les bouteilles vides de leurs concurrents afin d’écouler leurs produits dans les lieux de vente. En cette période de Ramadan, cette situation intervenue intempestivement affecte commerçants, ménagères et restauratrices.

«Vous ne pouvez imaginer jusqu’où l’usine T…(célèbre marque de distribution de gaz de la place-ndlr) est prête à aller. Etre le seul à régner sur le marché et générer plus de profits, lui vaut la peine de détruire les bouteilles de gaz vides de ses concurrents», lance Ibrahima Sow, employé à Touba Gaz. En effet, la marque de gaz incriminée ne fait pas l’unanimité auprès de certains distributeurs et revendeurs qui s’accordent à dire que l’usine s’adonne à une concurrence déloyale. Ce qui explique le nombre important de bouteilles vides de ladite marque dans plusieurs boutiques visitées dans le département de Keur Massar. Ainsi, poursuivant ses explications, le sieur Sow avance en guise d’illustration : « lorsque nous récupérons des bonbonnes vides dans les boutiques, nous les  remettons à l’usine en question tout en s’attendant à ce que des bouteilles de notre marque nous soient remises en retour. Néanmoins, ils disent ne pas en posséder et c’est dommage ». Cette usine, dit-il, use de tous les moyens en sa disposition pour affaiblir ou annihiler le travail de ses adversaires sur le marché. « En février dernier, Touba Gaz à acheminé 28.000 bouteilles de gaz auprès de ses clients, et jusque-là nous ne savons où elles se trouvent car aucune bouteille vide n’a été reçue. Une source sûre m’a révélé que 200.000 bouteilles de gaz (stock mort) d’autres marques ont été retrouvées dans les entrepôts de cette marque qui fait dans la concurrence déloyale. C’est du gâchis car leur usage n’est plus possible », se désole-t-il.

Interpellé sur la nécessité d’inter-changer leurs marques pour  mieux écouler leurs produits et éviter les rétentions, il dira que la volonté doit être commune et que les choses ne doivent abonder que d’un seul sens. Maintenant « face à la concurrence démesurée pratiquée, nous avons décidé de ne prendre que notre marque (Touba gaz) pour pouvoir nous en sortir » a-t-il ajouté. Sans doute, l’employé de Touba Gaz n’est pas le seul à qui déplaît l’attitude du géant du gaz incriminé dans cette «pénurie» supposée au Sénégal. Sous le couvert de l’anonymat, un agent de chez Lobbou Gaz Mame Diarra Bousso affirme: «nous ne prenons guère la marque Total. Une pléthore de bonbonnes de ladite usine git dans nos entrepôts depuis un certain temps et les autres distributeurs rechignent à les prendre en raison de la conduite égoïste de l’entreprise». Cependant, les employés de ces différentes usines ont pris soin de préciser qu’en réalité, ce n’est pas la charge qui manque mais le contenant presque introuvable. Les actions, selon eux, de certains distributeurs et marques ont abouti à cette pénurie que subit de plein fouet la population.

A droite de l’autopont qui surplombe la station Shell de Keur Massar, se trouve la boutique de Woury. Voyant le rythme de ses ventes de gaz ralenti, il a décidé d’arrêter jusqu’à nouvel ordre : « cela fait  deux semaines que n’ai de  quoi vendre. Les distributeurs ne viennent quasiment plus car ils disent ne pas avoir assez de bouteilles en stock. Voilà pourquoi j’ai arrêté la vente pour le moment». Mais, en ce qui concerne les tarifs, tout est resté « intact» a-t-il avoué.

De leur côté, les ménagères et les restauratrices pour qui le butane est indispensable voire essentiel, sont les plus affectées, même si certaines ont tenté d’être à l’avant-garde. « J’ai acheté et mis en réserve deux bonbonnes vides au cas où cette pénurie s’intensifie. Mon restaurant est l’un des plus grands de la zone, ce qui fait qu’il y a un certain rythme de travail auquel je suis soumise. Si je n’ai pas de gaz, rien ne marchera», a-t-elle martelé.

Un appel lancé au gouvernement

Les distributeurs et vendeurs sollicitent plus d’aide de la part des autorités gouvernementales pour qu’ils remettent de l’ordre dans le mode opératoire des usines (Total, Lobbou, Oilibia…). Car, malgré la convention d’interchangeabilité signée en 2017 par les distributeurs, certains continuent avec leurs roueries. «  Ils doivent sévir contre tous ceux qui violent les lois du marché en détenant à dessein les produits de leurs concurrents et exhorter, par la même occasion, tous les usines de gaz à mutualiser les échanges de leur produits afin de faciliter leur vente», réclame I.Sow. «Si une telle mesure n’est pas prise, les pénuries risquent de durer encore au malheur des populations», prévient-il.

KHADIDIATOU MENDY (STAGIAIRE)                                                                              

Leave a reply