Ressources issues des hydrocarbures : Alioune Tine préconise des mécanismes de contrôle dissuasifs

0
123

Les organisations de la société civile sénégalaise ont organisé hier, lundi 27 décembre un atelier  pour apporter leur contribution au projet de loi relatif  à la répartition et à l’encadrement  des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures. Prenant part à cette rencontre, le  fondateur d’AfrikaJom Center, Alioune Tine a préconisé la mise en place de mécanismes de contrôle dissuasifs. 

Le fondateur d’AfrikaJom Center, Alioune Tine recommande  la mise en place de mécanismes de contrôle dissuasifs  afin de mieux garantir la transparence dans la gestion des revenus issus de l’exploitation des hydrocarbures. Il prenait part hier, lundi  27 décembre à l’atelier de contribution de la société civile au projet de loi relatif  à la répartition et à l’encadrement de la gestion des recettes  issues de l’exploitation des hydrocarbures.

«Des textes et des mécanismes concernant la gestion du pétrole, nous en avons. Nous avons beaucoup de mécanismes  de contrôle. Qu’est ce  qui fait que les gens doutent souvent  concernant la transparence et la recevabilité. Il faut bien le reconnaitre, nos  mécanismes de contrôle sont faibles par rapport à un exécutif extrêmement fort. Il faut faire en sorte que les mécanismes de contrôle soient suffisamment dissuasifs», préconise-t-il.

Alioune Tine invite ainsi les organisations de la société civile à mutualiser leurs efforts afin qu’il  y ait  plus de transparence dans la gestion des ressources naturelles au Sénégal. «Dans nos pays, en Afrique, on a l’impression que le pétrole est la ressource du diable. Ce sont des tensions, des conflits armés. Parce qu’en réalité, notre pétrole et notre gaz ne nous concernent pas à nous  seuls. Il y a d’autres qui ont beaucoup plus d’intérêts et qui sont prêts à prendre ce pétrole et ce gaz. Dans  ce contexte, ce qu’il nous faut, c’est l’unité. Il faut vraiment serrer les coudes par rapport à ces défis liés à la gestion des ressources naturelles», lance-t-il.

Selon Moundiaye Cissé, directeur exécutif  de l’Ong 3D  la société civile va continuer à jouer son rôle de veille et d’alerte. «Ce groupe que nous avons créé aujourd’hui va se consolider et va faire le monitoring de cette loi au fur et à mesure que nous allons avancer», rassure-t-il.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :