Retard de la transition démographique en Afrique : Les dividendes démographiques, des indicateurs

0
263

Ngoné Diop, la directrice sous régionale de la Communauté économique de l’Afrique (CEA) en Afrique de l’Ouest, regroupant 15 pays et basé au Niger, est revenue sur les fonctions essentielles de la CEA, au nombre de trois : la recherche, la communication de données, les productions de données. La production d’outils et l’appui technique participent à opérationnaliser la recherche. 

Le Plan Sénégal Emergent (PSE) exécuté ou déroulé, requiert des données techniques pour son accompagnement. Elle est revenue sur la création, en 2018, de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), un concept à domestiquer par la formulation de stratégies nationales. En effet, huit (08) pays de l’Afrique de l’Ouest ont été appuyés pour développer une Stratégie nationale leur permettant de bénéficier de cet accord. Pour la mise en œuvre des programmes, elle a rappelé l’importance du renforcement des capacités des pays pour une évaluation des performances et de la réalisation des objectifs de développement durable.

Ainsi, la directrice régionale a rappelé la nécessité ou l’obligation de la mise en œuvre des programmes, en relation avec la ZLECAF. Ceci entre dans la dynamique de prendre en compte les priorités régionales et nationales. La gestion de la Covid a démarré par une étude de la CEA sur le plan macroéconomique pour inviter les partenaires au développement à une initiative de la suspension du paiement de la dette. La CEA a aussi travaillé pour la Plateforme africaine de fourniture de tests et incité au relâchement du confinement.

Barthélémy Biao, professeur de Sciences économies à l’université de Parakou, au Bénin, et directeur du Laboratoire de recherches en économie-gestion, partenaire dans le cadre du CRAIG et intervenant au nom des universités partenaires a relevé que les communications faites à la cérémonie d’ouverture de la Conférence NTA-Afrique sont d’une grande diversité, allant des recherches fondamentales sur les dynamiques démographiques, des questions de politiques à travers la mise en place des observatoires nationaux du dividende démographique.

Sur les dividendes démographiques, selon lui, au regard des tendances, le tableau demeure relativement sombre en termes d’évolution de la natalité et de la mortalité, retardant la transition démographique en Afrique. A l’en croire, le tableau est assombri par la présence de la crise sanitaire sévissant depuis deux ans. Elle s’illustre sous de multiples facettes sanitaire, humanitaire et économique. Cela conduit, pour lui, à des travaux plus fins, plus pointus pour mieux comprendre la vulnérabilité d’un certain nombre de populations notamment les jeunes et les femmes.

Sur la nature et la portée, il a relevé que les travaux du réseau conduisent à des implications de politique économique en termes d’investissements importants et massifs dans l’éducation et la santé et dans la formation en vue de capitaliser le potentiel constituant le potentiel démographique, la jeunesse. Il a engagé les gouvernements à des investissements appropriés dans ce sens. Selon lui, d’importantes ressources ont été investies vers la lutte contre le risque de propagation et c’est autant de ressources soustraites à l’objectif essentiel initial conduisant les gouvernements à subir un choc difficilement gérables face à nos économies relativement informels, avec l’artisanat, les femmes, potentiels économique cibles impactés.

SAMBA NIEBE BA

Comments are closed.