Retard du décret fixant la date de la présidentielle 2024 : jeu trouble autour du processus électoral

0
1192

Le retard dans la publication du décret fixant la date de la prochaine élection présidentielle, souvent rendu public au plus tard le mois de janvier de l’année précédant celle du scrutin fait planer sur le Sénégal une autre crise. En effet, du fait de ce retard, tout le processus de préparation de ce scrutin, notamment la révision des listes électorales, se retrouve bloqué.

Le Sénégal semble vraiment dans une mauvaise passe. En effet, déjà coincé entre le marteau du procès prévu devant la chambre criminelle du leader de Pastef, Ousmane Sonko, et l’enclume de la troisième candidature contestée de l’actuel chef de l’Etat, le pays est aujourd’hui sous la menace d’une nouvelle crise liée notamment à l’organisation de la prochaine présidentielle de 2024. Le président de la République qui devait signer le décret fixant la date de ce scrutin tarde toujours à s’exécuter alors que ce décret était souvent rendu public au plus tard le mois de janvier de l’année précédant celle du scrutin.

Conséquence, aucune information n’est à la disposition des requérants concernant les opérations relatives aux nouvelles inscriptions, aux demandes de modifications de circonscription électorale, de changement de statut civil à militaire ou paramilitaire et vice versa ainsi qu’aux radiations sur les listes électorales. La preuve, les autorités préfectorales qui avaient l’habitude de prendre des arrêtés fixant la composition des Commissions de révision ordinaire des listes électorales, 5 jours avant la date de démarrage de ces opérations (1er février au 30 juin), n’ont rendu public aucun acte dans ce sens jusqu’à la date d’hier, lundi 30 janvier 2023.

C’est la première fois depuis 2012 que notre pays fait face à une telle situation. Pour la présidentielle de 2012, le décret fixant la date de ce scrutin a été signé le 15 novembre 2010 par le président Abdoulaye Wade, soit 15 mois environ avant. Cette mesure avait permis à l’ancien ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, d’enclencher le processus de préparation pratique de cette élection présidentielle de 2012 en informant par voie de communiqué de presse, les responsables des partis politiques et les citoyens, d’une révision exceptionnelle des listes électorales instituée par décret n° 2010-1521 du 16 novembre 2010. Pour la dernière présidentielle de février 2019, c’est le 22 janvier 2018 que l’actuel chef de l’Etat avait signé le décret portant fixation de la date de la prochaine élection présidentielle.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply