Rêvons un peu, si le sénégal gagnait la coupe du monde (Par Alassane THIAM)

0
904

Le Maroc a ouvert la voie aux pays africains en se qualifiant à la demi-finale de la coupe du monde. L’histoire du football africain s’était arrêtée aux quarts de finale de la compétition sportive internationale la plus regardée sur les différents hémisphères.

Dans un monde qui souffre, j’ai envie, dans cette chronique, d’être dans une légèreté et dans un rêve en «couleur».

Je me permets de penser que le Sénégal va gagner la coupe du monde en 2026 : Sous le soleil des Amériques, l’équipe nationale du Sénégal s’est présentée avec des footballeurs gonflés à bloc avec un effectif moyen, mais déterminé pour accéder au trône.

C’est l’été avec une baraka incroyable, ils passent les poules de qualification de justesse. Ses vaillants footballeurs se retrouvent en demi-finale en battant l’Espagne 1 à 0. Les larmes commencent à couler dans tout le Sénégal. C’est le début de la folie au pays de la «Téranga» (Accueil). Ils se permettent de battre le Portugal pour accéder en finale. Les journalistes du monde entier débarquent au Sénégal et rencontrent des difficultés à trouver des chambres car les hôtels sont pleins. Les sénégalais deviennent hystériques. Les murs, les arbres, les voitures, les moquées (vous croyez les mosquées aussi,) c’est du blasphème, non ?  On trouvera toujours un marabout qui va nous expliquer que c’est légal pour une durée limitée.

Le jour de la finale, il y aura une interdiction totale aux sénégalais d’aller travailler. Pour les fainéants c’est le jackpot. Les hôpitaux sont en alerte maximale.

La finale démarre, les Sénégalais, crispés par l’évènement, sont largement dominés par les Anglais et encaissent un but à la 20ème minute et dès la deuxième mi-temps, l’Angleterre appuie sur l’accélérateur et marque un deuxième but à la 70ème minute.

Tous les Sénégalais commencent à devenir des entraineurs. Quelques joueurs sont ciblés sur leurs placements, leurs manques d’implication, etc.

À la 80ème minute, les Sénégalais marquent et également à la 85ème. Un début de folie gagne le peuple Sénégalais, avant d’être refroidis par l’expulsion d’un jour Sénégalais à la 90ème minute, mais à une minute du sifflet final, l’équipe du Sénégal marque, suite à un coup franc détourné par un joueur anglais dans son but. C’est plus jouissif, non ?

Les vols sont affrétés à des prix modiques pour ramener la diaspora au pays natal. La majorité et l’opposition rient ensemble et se tapent la main à la sénégalaise. Dakar gronde et suffoque. Les viandes de moutons, bœufs, chameaux, et chèvres sont à la disposition des populations. Pour faire la fête, il faut avoir le ventre plein. Le seul hic, c’est que les hôpitaux accueillent les Sénégalais fragiles qui n’ont pas supporté cet exploit inimaginable.

Oh ! Réveillez- vous ! C’est un rêve éveillé, mais il est permis de croire à de belles choses, surtout dans un monde en ébullition.

Leave a reply