Rufisque : Bby parraine la stabilité

0
379

C’est avec un discours sur la stabilité que le comité électoral départemental de Rufisque a lancé sa campagne, pour convaincre sur la nécessité d’une majorité pour le camp présidentiel. Les responsables de la coalition ont affiché l’unité à l’occasion pour des visites de proximité auprès des imams et autres religieux de la commune. 

La coalition BBY a affiché l’unité de ses responsables pour lancer sa campagne dans le département de Rufisque. C’est en rangs serrés que le coordonnateur du comité électoral départemental et ses camarades ont initié une caravane appelée «Dokh Mbokk» qui les a conduits auprès des imams et autres notoriétés religieuses de la ville de Rufisque. Des visites pour solliciter des bénédictions mais aussi pour porter la parole de la paix et de la stabilité sociopolitique du pays. En effet, Oumar Gueye, avec ses côtés Ismaïla Madior Fall, tous les responsables départementaux de la mouvance ainsi les investis, NDiagne Diop, Seydou Diouf, Souleymane Ndoye, Diarri Diène ont tous embouché la même trompette en articulant leur discours sur le thème de la stabilité et contre les menaces de déstabilisation.

Dans leur discours, les différents responsables ont exposé les raisons pour lesquelles la majorité absolue est indispensable pour éviter une instabilité politique: résultats deux conflits entre les deux pouvoirs. Ainsi, les responsables ont plaidé pour une majorité présidentielle à l’Assemblée, gage d’une stabilité dans un contexte de production de gaz et de pétrole, à partir de 2023.

«(…) Nous sentons d’ores et déjà un engagement de la population du département pour ces échéances extrêmement importantes qui vont traduire un nouveau visage du Sénégal, un Sénégal de progrès, Ce Sénégal de prospérité, de paix, de stabilité contre ceux qui viennent nous proposer un Sénégal de chaos fait d’insultes de destruction, de commérages. Ce Sénégal là nous n’en voulons pas et la population n’en veut pas. Avec le président Macky Sall c’est la stabilité et pour qu’il en soit ainsi il faut une majorité à l’assemblée nationale» a souligné le coordonnateur du comité électoral départemental.

Dans le même tempo, le ministre d’Etat Ismaïla Madior Fall a fait savoir que le Sénégal fait parties de ces démocraties où, le président est obligé d’avoir une majorité à l’Assemblée pour gouverner convenablement.

«Contrairement à ce qui se passe dans certaines démocraties, où le président peut gouverner sans être majoritaire, ici au Sénégal le président est obligé d’avoir cette majorité pour pouvoir gouverner», a expliqué le ministre et juriste de profession.

Pour sa part, la tête de liste départementale a invité le comité électoral et les membres de la mouvance à lancer l’offensive vers la jeunesse. La conquête de cette frange permettra, selon Ndiagne Diop, d’atteindre l’objectif de 60% assigné au département de Rufisque pour la victoire de BBY au soir du 31 juillet prochain.

WORE NDOYE

ENCADRE

 La fausse note de l’unité

Le mouvement «Macky D’abord-Mom kessé» fait bande à part

 

 Pendant que les responsables du comité électoral sillonnaient la ville, la fédération de forces politiques «Macky D’abord-Mom Kessé», membre à part de la coalition a pris ses distances pour une démarche solitaire. Pour démarrer sa campagne, le mouvement dont a tête de pont, est le responsable des femmes du parti RCD, (Rassemblement pour la Citoyenneté et le développement), a tenu une conférence de presse pour décliner les grands axes de son programme de campagne. Ce programme est fondé sur un travail de terrain afin de permette au président de la coalition «une majorité confortable au président de la République». Il s’agit pour Ndeye Ndiaye et ses camarades d’aller à la rencontre des populations dans les foyers pour leur vendre les réalisations et les projets du président afin de les faire voter au profit de la coalition.

«Je ne crois pas en ces gens-là et j’en ai parlé au président Macky Sall», a déclaré sans détours Ndèye Ndiaye. Avant de laisser entendre : «nous avions dit au président de la République, lors de notre audience (NDLR audience qui a eu lieu le 02 juillet dernier) avec lui, que nous nous démarquerons pour tenter de travailler à lui accorder une majorité ».

A l’en croire, le président Sall avait été déjà averti de cette démarche, et n’y avait pas fait d’objections. «Nous avions dit au président de la République, lors de notre audience avec lui, que nous nous démarquerons pour tenter de travailler à lui accorder une majorité». Mieux, poursuit-elle, «Nous lui avons clairement dit que si vous comptez sur ceux que vous croyez qu’ils vont vous donner la majorité, vous serez déçu. Ceux qui voteront pour vous, sont dans les maisons et nous irons à leur rencontre».

WORE NDOYE

 

 

Leave a reply