Sadio Mané : « Bambali a fait de moi ce que je suis, il est important pour moi de donner quelque chose en retour »

0
147

Dans une interview faite avec le site officiel du Bayern Munich, le joueur africain de l’année explique pourquoi il ne se sent pas comme une star mondiale, décrit ses valeurs et révèle pourquoi il possède déjà Lederhosen. Buteur lors de son premier match officiel avec les Bavarois en Supercoupe d’Allemagne, Mané s’est livré à cœur ouvert.

Sadio, les enfants criaient déjà ton nom avec enthousiasme lors de ton premier entraînement à la Säbener Straße : « Mané, tu es le meilleur ! » Ils ont même grimpé aux arbres pour vous voir. Avez-vous remarqué cela ?
« Oui, et j’étais très heureux. Le fait que des enfants grimpent aux arbres spécialement pour moi me motive énormément, bien sûr. Je veux faire de mon mieux ici chaque jour à l’entraînement et dans les matchs – pour l’équipe et les supporters. »

Être footballeur, c’est ça, faire pétiller les yeux des enfants ?
« Je le pense. Je me souviens encore aujourd’hui qu’enfant, j’admirais les grands joueurs et je voulais être comme eux. C’est pourquoi il est très important pour moi de rendre les enfants heureux avec mon jeu. Les enfants, disent-ils, ont aussi les critiques les plus honnêtes. »

Qui admiriez-vous étant enfant ?
« Mes idoles à l’époque étaient Ronaldinho et El Hadji Diouf du Sénégal. C’étaient des joueurs exceptionnels. J’ai regardé des vidéos d’eux pendant des heures et j’ai essayé d’imiter tout ce qu’ils faisaient. »

Aviez-vous aussi leurs maillots ?
« Oui, bien sûr. Ma mère m’a offert un maillot El Hadji Diouf, et quand j’ai été un peu plus grand, j’ai acheté moi-même un maillot de Ronaldinho. J’ai travaillé plus, gagné de l’argent et économisé pour ça. C’était un rêve de porter son nom dans le dos. Je ne voulais même pas enlever les maillots, j’en portais un différent chaque jour. »

Vous êtes vous-même une star mondiale aujourd’hui, mais en avez-vous l’impression ?
« Les gens disent ça de moi, mais je ne me vois pas du tout comme une star mondiale. Je ne sais pas par où commencer avec cette phrase. Tout ce qui m’importe, c’est de faire partie de l’équipe. Je fais tout pour ça. Je veux aller au-delà de mes limites pour mes coéquipiers : marquer des buts, fournir des passes décisives et gagner des matchs. Je suis ici pour donner le meilleur de moi-même pour le Bayern Munich. »

Comment voyez-vous votre rôle au FC Bayern ? Les circonstances de votre transfert sont différentes du passé, où vous avez dû travailler dur pour obtenir votre statut. «
Quand tu viens dans un grand club comme Liverpool ou le Bayern en tant que jeune joueur, ce n’est pas toujours facile. Tu as encore beaucoup à apprendre, dans tous les aspects de la vie. J’ai beaucoup vécu dans ma carrière, j’ai évolué en tant que personne et en tant que joueur. Maintenant, je veux apporter toute mon expérience à l’équipe et contribuer à la rendre encore plus forte afin qu’ensemble, nous puissions tous atteindre nos objectifs. Aujourd’hui, je suis un joueur expérimenté et je sais comment gérer ce genre de pression. Pour moi, les attentes signifient la motivation, ce qui me pousse énormément. En fin de compte, cela m’aide, ainsi que toute l’équipe, à atteindre nos objectifs. »

Qu’associez-vous au FC Bayern ? Qu’est-ce qui rend ce club spécial pour vous ?
« Quand j’étais à Salzbourg, j’ai regardé beaucoup de matchs du Bayern, et même après avoir déménagé en Angleterre, j’ai toujours gardé un œil sur la Bundesliga. Avant mon transfert, j’ai parlé avec Thiago. Il m’a tout dit sur l’équipe et la ville. Tout le monde connaît l’identité du Bayern. Pour moi, cette « Mia san mia » signifie que l’équipe passe toujours en premier. C’est l’unité qui compte, pas l’individu. C’est ce qui rend le FC Bayern si spécial. Je peux m’identifier très facilement à cette philosophie parce que je suis fermement convaincu que c’est la voie du succès. L’identification est la clé. C’est pourquoi je n’ai pas hésité une seconde lorsque j’ai eu l’opportunité de déménager à Munich.

Vous êtes considéré comme terre-à-terre et casanier. D’où viennent vos valeurs ?
« Je suis né dans un petit village du Sénégal qui s’appelle Bambali. J’y ai grandi et je suis allé à l’école. Dans ma culture, les parents sont très importants. Vous les écoutez, vous leur montrez du respect. Je pense que ces valeurs sont très importantes dans tous les aspects de la vie et je suis reconnaissant d’avoir été élevé de cette façon. »

À quelle fréquence êtes-vous chez vous au Sénégal ? Ressentez-vous à quoi ressemble vraiment la vie là-bas, une vie en dehors de la bulle du football ?
« Malheureusement, plus d’une fois par an n’était pas possible ces dernières saisons, car nous n’avons eu une pause de mi-saison qu’une seule fois au cours de mes huit années en Angleterre. Chaque fois que je le peux, je rends visite à mes parents et à mes vieux amis à Bambali. C’est un petit village, loin de la ville la plus proche. La vie y est très différente de l’Europe. J’ai du mal à mettre des mots, les cultures sont trop différentes et la situation des gens n’est pas facile. Cela vous permet de garder les pieds sur terre. Quand j’y suis, je suis le Sadio d’autrefois. Je joue au football avec mes anciens amis, nous nous amusons ensemble. J’aime toujours beaucoup y retourner. Mon pays est composé de 17 millions de fous de football, et ils sont tous fans du Bayern maintenant. Je pense que vous verrez beaucoup de drapeaux sénégalais à l’Allianz Arena cette saison.

Vous avez financé de nombreuses installations communautaires dans votre village – parce que vous voulez donner quelque chose en retour ?
Bambali a fait de moi la personne que je suis. C’est pourquoi il est important pour moi de donner quelque chose en retour. Je suis vraiment fier de ce que je fais pour les gens là-bas. Je connais la réalité de leur vie. Les faire sourire est important pour moi.

Parlez-nous d’un plat traditionnel de votre pays d’origine.
Thiéboudienne, un plat de riz avec de l’huile et du poisson. Mais on aime aussi le manger avec du poulet ou d’autres viandes. Il y a aussi le maafé, un ragoût de cacahuètes, j’adore.

Pourquoi avez-vous choisi le numéro 17 au Bayern ?
Quand mon transfert a été décidé, j’ai demandé quels numéros étaient encore disponibles et j’ai choisi le 17. Je sais que de grands joueurs l’ont porté, plus le 17 est composé de 10 et 7, deux numéros que j’aime beaucoup. C’est le numéro parfait pour moi.

Avez-vous déjà visité Munich pendant votre séjour à Salzbourg ?
En fait, je suis allé plusieurs fois dans la ville, avec des amis. Et une fois, nous étions à l’Allianz Arena, lors d’un match de Ligue des champions contre Arsenal. À cette époque, je ne pouvais tout simplement pas imaginer y jouer moi-même un jour.

Avez-vous déjà été à l’Oktoberfest ?
« Malheureusement pas encore, mais j’ai vraiment hâte d’y être. J’ai même chez moi des Lederhosen (pantalons traditionnels en cuir) de mon séjour à Salzbourg. Je les ai gardés car j’ai toujours aimé les porter et je suis généralement très intéressé par d’autres des cultures. »

Quelle est la raison de votre coiffure ?
« La mèche blonde ? Je l’ai depuis une dizaine d’années. Je voulais faire quelque chose que personne d’autre n’avait. C’est mon coiffeur qui a eu l’idée. Au début, je ne voulais pas le faire parce que je savais que mes parents n’Apprécieraient pas. Je n’ai jamais aimé ça. Mais j’ai décidé de tenter ma chance. Mes parents étaient loin. Bien sûr, ils ont appelé dès qu’ils l’ont vu : « Sadio, qu’as-tu fait à tes cheveux ? Ça n’a pas l’air beau. » Débarrassez-vous-en ! En fait, je l’ai fait enlever les premières fois avant de rentrer chez moi. De retour en Europe, je l’ai fait teindre à nouveau. À présent, mes parents s’y sont aussi habitués et l’ont accepté.

Envie d’un pari ? Si vous gagnez la Ligue des champions avec le Bayern, vous colorez vos cheveux en rouge. Convenu ?
(Réfléchit) OK, j’en suis ! Si nous gagnons la Ligue des champions, je la teindrai en rouge. »

Peut-être que les enfants de Munich courront bientôt dans les rues – et sur le terrain de football – avec votre coiffure.
«Je ne préfère pas ! Je ne voudrais pas qu’ils aient des ennuis avec leurs parents à cause de moi (rires). »

FC Bayern Munich

Leave a reply