Saint-Louis 33ème anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant : les acteurs notent une prise de conscience de leurs droits de participer à leur propre protection

0
373

C’est par le biais d’un sketch, d’échanges, de partage d’idées et d’expériences et d’un panel sur le thème «L’Inclusion pour chaque Enfant» que les responsables de l’Association d’Aide aux Personnes Vulnérables (2APV) ont commémoré hier, dimanche 27 novembre, à Saint-Louis, le 33ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Une célébration rendue possible grâce à leur partenariat noué avec le Canada, le Bureau International des Droits des Enfants, l’Unicef et le Comité Départemental de la Protection de l’Enfant, entre autres. C’était l’occasion pour la soixantaine d’enfants et d’acteurs de développement de l’enfance, présents à la rencontre, de réfléchir sur la situation pénible des enfants en difficulté.  «Nous sommes ici pour écouter les enfants, leur laisser le soin d’exprimer leurs idées, nous faire de leurs préoccupations. Ils ont présenté un état des lieux de la situation des enfants au Sénégal.  Un état des lieux qui a été réalisé  il y a deux ans et qui est le document de base qui fonde les actions que nous menons au Sénégal depuis deux ans», a fait savoir Herman Kékéré, chef de Projet du Bureau International des Droits des Enfants au Sénégal. Il a rappelé que ce Bureau International des Droits des Enfants est une Ong qui œuvre pour la promotion et la protection des droits des enfants dans le monde entier, à travers le renforcement des systèmes de protection de l’enfant et des compétences de ceux qui œuvrent directement auprès de ces enfants. Pour sa part également, le président de l’Association d’Aide aux Personnes Vulnérables, en l’occurrence Adama Coundoul, a rappelé que son association est une organisation communautaire de base qui développe des activités centrées sur les enfants et les jeunes vulnérables.  «En réalité, nous œuvrons dans la sensibilisation pour le changement de comportement, dans l’éducation des mineurs qui se trouvent dans les lieux de privation de libertés, dans la formation et l’insertion de ces enfants, dans la santé à travers leur enrôlement à la Couverture Maladie Universelle (CMU).  Lors de cette rencontre, des documents de bande dessinée centrés sur la protection des droits des enfants ont été distribués aux participants.

YVES TENDENG

Leave a reply