saint-louis : 4ème session nationale des maîtres de chœur du Sénégal : plus de 200 choristes à l’école de la liturgie et de la formation musicale

0
980

« Maîtres de chœur, vous êtes une chance pour l’Eglise ». C’est le thème de la 4ème Session Nationale de Formation des Maîtres de Chœur du Sénégal qui s’est durant une semaine dans la capitale du Nord. C’est à l’initiative des responsables de la Coordination Nationale des Chorales Liturgiques du Sénégal qui œuvrent toujours dans le renforcement des capacités de ses membres afin de mieux servir l’Eglise. L’activité a réuni cette année 200 choristes issus des paroisses des différents diocèses du pays.

Avec des formateurs tels que Urbain Ndione et Albert Bernard Diouf pour le niveau 1 ; Jean Pierre Preira et Faustin Keny pour le niveau 2 ; Georges Bénédict Ciss pour le niveau 3 et Jean Baptiste K. Faye pour le niveau 4, la 4ème session nationale des Maîtres de chœur du Sénégal s’est déroulée du 4 au 11 septembre dans la région de Saint-Louis. Elle a réuni plus de 200 choristes provenant des paroisses des diocèses du pays.

«Tous les maîtres de chœur de chorales du Sénégal sont rassemblés à Saint-Louis pour une formation dans plusieurs domaines. Tous les matins, on parlait liturgie et l’après-midi on faisait la formation musicale. En fin de semaine nous avons fait la formation sur d’autres domaines tels que le management du groupe chorales», a dit Jean Baptiste Niakar Faye, Coordonnateur national des chorales liturgiques du Sénégal. Le rôle du coordonnateur était donc de trouver des personnes ressources pour exposer sur les différents thèmes choisis et aussi d’organiser les débats. Il faut rappeler aussi qu’un accent particulier a été mis sur les instruments les plus fréquemment utilisés dans l’animation liturgique notamment le piano, la guitare solo et basse, la batterie, les percussions et la flûte.

«La chorale à une place vraiment centrale au niveau de la liturgie. Il est donc impossible qu’on ne laisse les maîtres de chœur partir sans former ses choristes. D’ailleurs, la Commission Nationale de Liturgie a parlé de formation de tous les acteurs liturgiques. Et la chorale est des acteurs principaux car après le célébrant c’est elle qui la plus importante quelque part. Donc, ce sont tous des acteurs liturgiques qu’on ne néglige pas mais qui ont une activité dans la liturgie qui nécessite qu’ils soient formés. En réalité, le but est de leur faire comprendre quel est leur rôle pour que vrai la liturgie soit assise et bien pratiquée telle qu’il le faut», a-t-il précisé. Les thématiques de la formation ont porté sur La Composition Musicale : sources, dispositions préalables objectif, usage, nature et habillage (forme) présentée par l’Abbé Philippe B. Ngom.

La protection du droit d’auteur du chant choral : place à l’ASC SODAV ; le Management du Groupe Choral par Roger Christian Ndione et Simon Lazare Badiane ; les chants de la messe par l’Abbé Boniface Ngom ; l’enjeu de l’inculturation (problématique de l’utilisation des instruments dans nos célébrations) par l’Abbé Jules Bassène ; l’Approbation des Compositions : les anciennes au format de discussions foraines et les nouvelles au format local par Romain Ndecky.

Une assemblée générale, un concert suivi d’une messe de clôture ont bouclé cette 4ème Session Nationale de formation des Maîtres de chœur du Sénégal. Ils se sont donnés rendez-vous à Ziguinchor pour la 5ème session nationale de formation des Maîtres de chœur du Sénégal.

YVES TENDENG

Leave a reply