Saint-Louis- grande mosquée : l’Imam Ratib invite les Sénégalais à se départir de la passion et de la subjectivité

0
167

La prière de l’Eïd el Kébir ou fête de la Tabaski encore communément appelée fête du mouton a été dirigée avant-hier, lundi, à la Grande Mosquée de Saint-Louis par l’Imam Ratib Cheikh Tidiane Diallo qui a beaucoup insisté sur les notions de la passion et de la subjectivité qui, d’après lui, retardent les humains. Il a invité les Sénégalais à se séparer de cela et de choisir plutôt l’objectivité. Le célébrant a également regretté le fait que la ville de Saint-Louis se vide de ses habitants qui seraient éparpillés un peu partout dans le monde. Ces derniers, a-t-il suggéré, auraient pu venir pendant les fêtes de Korité et de Tabaski pour redonner à la ville de Saint-Louis son lustre d’antan.

 

C’est devant une forte présence des fidèles musulmans de la ville tricentenaire que l’Imam Ratib Cheikh Tidiane Diallo a dirigé la prière de l’Eïd el Kébir à la Grande Mosquée de Saint-Louis. Le guide religieux s’est appesanti sur la notion de la passion qui, dit-il, est un fait qui le tracasse. « Quand on est sous la coupe réglée de la passion, on ne peut absolument rien faire. Raison pour laquelle Dieu nous a interdit de suivre la passion par le biais, par le truchement et par l’entremise de David en lui disant « Ô David, j’ai fait de toi mon lieutenant sur terre. Tâche en jugeant d’être juste et ne suis pas ta passion car la passion conduit à l’enfer », a-t-il dit. Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, ce qui retarde les hommes, « c’est la passion, c’est la subjectivité alors qu’on aurait pu s’incliner vers l’objectivité ». L’Imam Ratib a également regretté le fait que Saint-Louis se meurt. « Tout le monde est témoin que Saint-Louis se vide de ses habitants. On ne voit plus les Saint-louisiens. Ils sont éparpillés partout dans le monde alors qu’ils auraient pu revenir pendant les fêtes de Korité et Tabaski pour redonner à Saint-Louis son lustre d’antan. Saint-Louis aujourd’hui pour dire vrai est aux oubliettes. J’appelle les Saint-Louisiens à revenir redorer le blason de leur ville car on ne sent plus Saint-Louis, nous sommes envahis par les étrangers. La situation actuelle est une situation assez délétère qui vraiment nous met en colère », a-t-il martelé. Revenant sur le sujet du  mouton de Tabaski, le guide religieux de rappeler que « Dieu n’en a pas fait un fardeau, si tu as les moyens financiers, tu fais le sacrifice sinon tu ne dois pas en faire un problème, on revient ainsi dans la passion, en se disant je dois l’avoir parce que mon voisin l’a et ce sont des considérations subjectives qui n’ont rien à voir avec les recommandations de Dieu. » L’Imam Ratib a fait savoir que parfois les gens sortent du cadre de la Tabaski et la subjectivité les accable et les met dans des états inqualifiables. « La fête de Tabaski renvoie à la sociologie familiale. Quand Dieu a demandé à Abraham d’immoler son fils, il a demandé l’avis de son épouse et son fils. Ils sont tombés d’accord et Dieu a agi. Il y a eu concertation, donc normalement dans les maisons, le mouton de Tabaski ne doit pas être immolé sans qu’il y ait entente dans toute la famille », a-t-il conclu tout en priant pour un Sénégal uni et prospère.

YVES TENDENG 

Leave a reply