Saint-Louis : le mot d’ordre boycotté par les chauffeurs des minibus « Tata » et des cars rapides

0
826

Le mot d’ordre de la grève générale décrétée hier, mercredi 18 janvier, par certains syndicats des transporteurs a été largement suivi au niveau de la Gare routière de Saint-Louis où le transport interurbain a été complètement paralysé. Tous les véhicules (bus, minicars, « 7 places », étaient aux arrêts affectant du coup les voyageurs qui ne savaient plus quoi faire. Mais du côté du secteur du transport urbain, seuls les chauffeurs des taxis ont suivi le mot d’ordre contrairement aux minibus « Tata » et cars rapides qui ont circulé tranquillement durant toute la journée.

Le trafic routier a été perturbé dans la journée d’hier au niveau de la ville de Saint-Louis où seuls les minibus « Tata » et les cars rapides ont circulé. Tous les taxis urbains étaient introuvables durant toute la journée au niveau des différentes artères de la vieille ville. Une situation qui a obligé les usagers à se rabattre sur les minibus et cars rapides pour vaquer à leurs occupations. « Cette grève nous a causé énormément de préjudices et de désagréments car nous étions confrontés à des difficultés pour effectuer nos courses », a laissé entendre un piéton que nous avons rencontré à hauteur de l’avenue Général Charles De Gaulle. D’autres usagers étaient obligés également de faire le pied de grue dans certaines gares de véhicules « clandés », pendant plusieurs tours d’horloge, pour tenter de trouver les moyens d’assurer leur voyage mais en vain. Le jeune étudiant du nom de Michel qui devait se rendre à Ziguinchor pour déposer des papiers administratifs était obligé de reporter son voyage. Mais du côté des responsables du Regroupement des transporteurs de la région de Saint-Louis établis à la Gare routière, l’on se réjouit de l’effectivité de cette grève dans le secteur interurbain. En effet, aucun véhicule n’a quitté cette gare à destination des autres régions. « Tous les véhicules sont garés, aucun chauffeur n’a bougé, ce qui prouve que le mot d’ordre est largement suivi à Saint-Louis. Nous recevons en temps réel les situations des gares routières de Dagana, de Richard-Toll et de Podor, qui nous prouvent que le mot d’ordre de grève est bien suivi par les transporteurs. Donc le Gouvernement doit nous écouter », a martelé Sérigne Mbaye Kane, Président du Regroupement des transporteurs de Saint-Louis.

YVES TENDENG 

Leave a reply