Saint Louis/ Les populations obligées de se rabattre sur les motos Jakarta et charrettes ou se déplacer à pieds pour vaquer à leurs occupations

0
104

La grève générale observée par les transporteurs en commun privés est largement suivie dans la région de Saint-Louis où elle a affecté énormément les populations. Ils ont été nombreux à ne pas pouvoir se rendre à leurs lieux de travail faute de véhicules. Plusieurs parents d’élèves ont été obligés de retenir leurs enfants à la maison au moment où d’autres ont accompagné les leurs à l’école en retard. Certaines femmes ont marché de longues distances pour amener leurs enfants se faire vacciner.

La fin de la grève est vivement souhaitée par les populations qui invitent les deux parties au dialogue. Les grandes artères de la capitale du Nord (Saint-Louis) ont été complètement désertes de ses véhicules de transport en commun privés. Des cars « ndiaga ndiaye » aux minibus tata en passant par les cars rapides, les taxi, les « clandos » entre autres, aucun d’entre ces véhicules n’a circulé hier, mercredi 1er décembre, premier jour de la grève générale observée par les transporteurs en commun privés.

Une grève qui a été largement suivie sur toute l’étendue de la ville tricentenaire affectent énormément les populations. En effet, le trafic était complètement au point mort dans la matinée, aussi bien du côté de la gare routière que dans le transport urbain. Les usagers choqués expriment leur désarroi, mais les chauffeurs en revanche se réjouissent du respect du mot d’ordre de grève. Les conducteurs de motos Jakarta et les charretiers qui sont les seuls recours en ce moment se frottent les mains. Ils ont été grandement sollicités dans la matinée de ce mercredi par les populations.

Cependant, plusieurs d’entre ces dernières ont été obligées de marcher sur de longues distances pour amener leurs enfants se faire vacciner. Cette jeune maman a quitté le quartier Ndioloffène et s’est rendue à pieds au poste de santé de Khor pour faire vacciner sa fille.

« Je vie difficilement cette grève parce que j’ai une fille qui doit se faire vacciner. J’ai été obligée de ne pas aller au boulot et laisser beaucoup de travail au bureau« , a regretté la jeune maman sous le couvert de l’anonymat. Cette autre dame la quarantaine révolue devait se rendre à Ngallèle en provenance de Léona pour le travail mais n’a pas pu y aller faute de véhicules. « Je suis coincée ici à cause de cette grève des transporteurs. Si ce n’était pas la longue distance j’allais partir à pieds car on est des mères de famille et on doit impérativement travailler pour subvenir aux besoins de la famille », a-t-elle fait savoir. Toutes les deux invitent les transporteurs et l’État à s’asseoir autour d’une table pour discuter et essayer de trouver une solution à ce problème. 

YVES TENDENG

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :