Saint-Louis – pour mettre fin aux conflits entre agriculteurs et éleveurs : la Société West Africa Farm met à disposition des éleveurs 40 hectares de fourrages pour nourrir le bétail

0
201

La Société West Africa Farm, dans le cadre de sa responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), a démarré récemment ses phases de récoltes sur les 40 hectares de cultures fourragères cultivées et entièrement destinées à nourrir le bétail. L’objectif, c’est de réduire les conflits entre agriculteurs et éleveurs souvent notés dans cette zone sylvopastorale du département de Dagana. Le coût de cette production est estimé à environ 20 millions FCFA.

Les éleveurs de la zone de Ngnith, dans le département de Dagana, peuvent encore une fois pousser un ouf de soulagement par rapport à leur bétail. En effet, les responsables de la Société West Africa Farm, spécialisée dans l’agrobusiness, leur a fait la part belle en mettant à leur disposition 40 hectares de cultures fourragères destinées à nourrir le bétail. Une manière de lutter contre les conflits souvent notés entre éleveurs et agriculteurs. Ceci en cette période où trouver l’aliment de bétail est très difficile dans cette partie du pays où le désert avance à grand pas.

 

«Les parents pauvres de la réforme foncière ce sont les éleveurs. C’est pourquoi nous avons mis à leur disposition ces fourrages sur 40 hectares que nous allons donner au bétail. Parce qu’aujourd’hui, vous comprenez mieux que moi ce qui se passe entre agriculteurs et éleveurs qui se regardent en ces périodes de difficultés conjoncturelles compte tenu de deux éléments majeurs à savoir la réduction du tapis herbacé et le problème crucial  de la difficulté d’accès à l’aliment de bétail à cause de sa cherté», pour ainsi reprendre les propos de Mounirou Samb, Directeur des Ressources humaines et de la gouvernance sociale et environnementale de la Société West Africa Farm.

Il estime qu’il faut aujourd’hui aplanir les rivalités qu’il y a entre agriculteurs et éleveurs. «Il faut  montrer qu’il y a une possibilité de rendre compatible l’agriculture que nous faisons et l’élevage. Donc aujourd’hui, avec la culture fourragère qui va desservir le cheptel parce que les populations sont confrontées à beaucoup de difficultés. C’est pourquoi nous les avons convoqués dans notre partie RSE», a-t-il fait savoir, tout en rappelant le coût global de cet investissement qui tourne autour de 20 millions FCFA.

De leur côté, les éleveurs, très contents de cet appui,  n’ont pas manqué de souligner les avantages de la culture fourragère comme la sédentarisation du cheptel, la disponibilité de la nourriture. Pour eux, ces fourrages contribueront sans doute à améliorer leurs relations avec les agriculteurs de la zone.

 

YVES TENDENG

Leave a reply