SAINT-LOUIS : Pr Daouda Ndiaye, pour une redynamisation de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage

0
354

Le Pr Daouda Ndiaye, candidat à la présidentielle, était ce week-end à Saint-Louis où il a promis d’accorder une attention particulière aux secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Il compte également, une fois élu, déplacer le Ministère de la Pêche vers Saint-Louis et celui de l’Agriculture à Podor pour promouvoir une agriculture moderne et atteindre la souveraineté alimentaire. Le Pr Daouda Ndiaye s’est aussi prononcé sur les perspectives d’exploitation du gaz et sa volonté d’apporter des solutions à la problématique de l’érosion côtière et l’avancée de la mer.

Les secteurs de la pêche, de l’agriculture, de l’élevage ont été longuement abordés par le leader de la Coalition Daouda Ndiaye Président 2024, le Pr Daouda Ndiaye, l’un des 19 candidats en compétition pour la présidentielle du 24 mars prochain. Le candidat a annoncé sa volonté de mettre en place une stratégie souveraine et claire pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire dans le pays. Il dit accorder une importance capitale aux secteurs de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage. Pr Daouda Ndiaye projette d’augmenter le budget alloué à l’agriculture de 15% afin d’aider les agriculteurs et les accompagner  sur le plan des semences de qualité, des engrais de qualité  et  du matériel agricole. « Nous allons les renforcer en matériel et en intrants agricoles de qualité. Et en dehors de la saison des pluies, nous insisterons beaucoup sur le maraichage en mettant en place des systèmes d’irrigation, en faisant en sorte qu’il y ait un système de pompage puissant à tout moment et en tout lieu dans la zone », a-t-il fait savoir tout en précisant que cela permettrait de rentabiliser l’agriculture au Sénégal. Ce qui, selon lui, permettrait au pays de pouvoir exporter ses produits. D’où sa volonté de délocaliser le ministère de la Pêche à Saint-Louis et celui de l’Agriculture vers Podor afin de mieux booster ces secteurs que sont la pêche, l’agriculture et l’élevage qui constituent des moteurs de développement. « Nous allons pouvoir développer le secteur de l’élevage parce que si on fait de l’agriculture une réalité, il y aura beaucoup de produits venant de l’agriculture qui vont pouvoir être traités et servir à la nourriture du bétail. Ce qui contribuera à freiner la transhumance et mettre fin aux conflits entre agriculteurs et éleveurs », a-t-il expliqué avant d’ajouter qu’il compte renforcer les zones côtières, en construisant des digues de protection pour lutter contre l’érosion côtière et l’avancée de la mer.

YVES TENDENG 

Leave a reply