Saint Louis : Près de 400 femmes et jeunes filles de Sanar et environs sensibilisées et dépistées

0
186

L’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis a abrité avant-hier, mercredi 27 octobre, la journée de sensibilisation et de dépistage gratuit du cancer du sein, à l’initiative de l’Association Cancer du Sein Sénégal, en partenariat avec la Cellule Genre et Équité de l’UGB de Saint-Louis. Ce sont au total près de 400 femmes et jeunes filles qui y ont été consultées et dépistées gratuitement du cancer du sein. Le but était de les sensibiliser sur cette maladie et sur comment y faire face quand elle se présente. 

Le cancer du sein n’est pas seulement un cancer féminin car 1% de la gente masculine peut avoir le cancer du sein. C’est ce qu’a fait savoir la présidente de l’Association Cancer du Sein Sénégal lors de la journée de sensibilisation et de dépistage gratuit organisée à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis. Selon Mame Diarra Gueye Kébé, les hommes doivent songer le plus souvent à se faire dépister du cancer du sein.

Ainsi, dans le cadre de ses activités d’Octobre Rose, l’Association Cancer du Sein Sénégal, a pu permettre à près de 400 femmes et jeunes filles de se faire consulter et dépister du cancer du sein, après avoir été sensibilisées sur cette maladie. Il s’agit entre de femmes et jeunes filles issues du personnel, des étudiantes et des villages qui entourent cette Université de Sanar. « Le  cancer du sein est une maladie très coûteuse qui tue plus de 70%  des personnes atteintes dans nos pays. Pourtant elle est curable, si elle est dépistée très tôt et bien traitée », a-t-elle précisé. « Si le monde entier, a-t-elle poursuivi, réserve le mois d’Octobre à la seule maladie du cancer, cela signifie que l’heure est grave et qu’il faut très vite agir ».

 Revenant sur la prise en charge des malades dépistées positives, la présidente de rassurer que l’Association Cancer du Sein Sénégal en a fait un sacerdoce.

« On ne peut pas dépister des personnes et ne pas les accompagner. Nous accompagnons psychologiquement et financièrement les femmes dans la prise en charge de leur maladie. Tout le monde sait que c’est une maladie extrêmement coûteuse et malheureusement, c’est une maladie qui touche plus les couches sociales défavorisées. Donc,  si nous faisons le dépistage nous sommes tenues de suivre la malade parce que nous ne pouvons pas laisser cette personne partir avec la maladie », a-t-elle souligné.

Ainsi, pour renverser la tendance, Mme Kébé  dans ses causeries, a invité les femmes à se départir des facteurs à risque en prenant les bonnes habitudes surtout dans la nutrition et à faire du sport. Avant d’attirer l’attention des hommes sur les possibilités d’être atteints par le cancer du sein.

 Une occasion qu’a saisi la Présidente de la Cellule Genre et Équité de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, en l’occurrence Fatou Diop Sall, pour inviter les hommes à s’impliquer dans la sensibilisation sur cette maladie. « Il faudrait que les hommes soient avec nous et qu’ils sachent que quand il y a une épouse qui est malade dans la maison c’est la catastrophe. C’est que c’est ce que nous les sociologues appelons la masculinité positive. Donc que les hommes, piliers de la maison, et à côté de leur rôle de pourvoyeur de ressources, aient aussi ce comportement d’assistance, de compassion et de présence auprès des femmes qui sont touchées par cette maladie », a-t-elle souligné. 

YVES TENDENG

Comments are closed.