Saint-Louis-prise en charge de la santé mentale des populations : l’UGB lance son unité d’éducation de rééducation et de bien-être à travers l’UFR SEFS

0
205

L’Université Gaston Berger de Saint-Louis a lancé hier, lundi 27 mai, ses activités d’éducation de rééducation et de bien-être. Elles sont mises en œuvre par l’Unité de Formation et de Recherche des Sciences de l’Education, de la Formation et du Sport (SEFS). Ces universitaires veulent une prise en charge de la santé mentale qui risque de devenir un problème de sécurité publique dans les années à venir vu l’insuffisance de psychiatres dans le pays. Ils parlent de 35 psychiatres pour une population qui s’élève à plus de 18 millions d’habitants.

Lancée en partenariat avec une fondation hollandaise et l’ONG Enda Jeunesse Action, cette unité d’éducation de rééducation et de bien-être de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis vise une prise en charge de la santé des étudiants, des enseignants et des communautés environnantes. Tout est parti d’un constat, à en croire le Docteur Ibrahima Giroux, enseignant chercheur à l’UFR des Sciences de l’Éducation, de la Formation et du Sport (SEFS) de l’UGB. « On a vu que jusque-là au niveau politique, la santé mentale a été abordée sous l’angle médical et psychiatrique. Or il se trouve que depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui, notre pays ne dispose que de 35 psychiatres pour 18 millions d’habitants. Même si vous doublez ou triplez ce nombre, ce ne sera jamais suffisant pour prendre en charge le problème de santé mentale de la population. Si vous prenez en termes d’acuité, vous savez que nous avons traversé des crises sociopolitiques intenses entre 2021 et 2024 qui ont eu un impact très fort sur la population et surtout sur les enfants », a-t-il rappelé. Dr Giroux d’ajouter que beaucoup d’enfants observés en consultations présentent de plus d’en plus de signes de sous-développement psycho-affectif, cognitif et moteur. « Sur le plan attentionnel, on voit de plus en plus que nos enfants ne sont plus aussi attentifs et aussi concentrés comparés à des enfants d’il y a quelques années. Quand vous comparez les consultations, aujourd’hui le nombre de consultations pour le retard de développement a littéralement explosé par rapport à ce que nous avions il y a à peine 5 ans. Donc cela veut dire que si nous ne prenons pas en charge rapidement cette question-là, le problème ne fera que s’empirer dans les 10 voire 15 ans qui viennent », a recommandé l’enseignant chercheur qui craint plus tard un problème de sécurité publique. Aujourd’hui, avec l’accompagnement de leurs partenaires, l’UGB a bénéficié de matériels ultra modernes que dispose l’unité d’éducation de rééducation et de bien-être. La cérémonie a vu la présence du Vice-Recteur de l’UGB en charge du Partenariat et du Service à la communauté ainsi que plusieurs chefs de services.

YVES TENDENG 

Leave a reply