Saint-Louis rudes affrontements entre jeunes et forces de l’ordre : le trafic et le commerce paralysés pendant plusieurs tours d’horloge

0
588

La ville de Saint-Louis a enregistré hier, jeudi 16 mars, de rudes affrontements entre jeunes et forces de l’ordre. Des jeunes très en colère qui ont bloqué la circulation sur le mythique pont Faidherbe et au niveau de plusieurs artères de la ville avant d’être repoussés par les éléments de la Police. Des routes qui sont restées impraticables durant plusieurs tours d’horloge affectant ainsi le trafic et le commerce au niveau de l’Avenue De Gaulle où toutes les boutiques et cantines ont fermé portes. Un marché qui s’est complètement vidé de ses commerçants durant la matinée précisément vers les coups de 11 heures lorsque les premières vagues de manifestants se sont pointées au niveau du rond point faisant face à l’entrée sud dudit pont. Ils ont aussitôt incendié des pneus pour bloquer la circulation sur ce pont mais c’était sans compter l’intervention rapide et musclée des forces de l’ordre qui, bien que difficile, ont pu finalement repousser les jeunes manifestants, libérant ainsi la circulation sur cet axe. Mais ce film était loin de connaître son épilogue car, au même moment, un autre groupe de jeunes manifestants a essayé de s’attaquer à la boutique Auchan qui se trouve à quelques encablures du Commissariat Central de Police de Sor. Mais vu le nombre assez important de policiers et de gendarmes déployés sur place, ces jeunes manifestants n’ont pas pu mettre en exécution leur menace à savoir saccager ou  vandaliser ce lieu de commerce qui est souvent la proie de manifestants. Lesquels manifestants ont également brûlé des pneus sur l’Avenue Moustaf Malick Gaye paralysant aussi la circulation sur cet axe. Pourtant, ce sont les étudiants patriotes de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis qui ont ouvert le bal des manifestations après qu’ils ont barré la Route Nationale No.2 avant d’être repoussés par les gendarmes. La circulation est redevenue de manière progressive vers les coups de 17 heures.

YVES TENDENG

Leave a reply