saly-Portudal-pour la cohérence et la qualité des rapports d’évaluation et de suivi : le Giaba outille encore les chefs de délégation à ses rencontres

0
136

Le Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent (Giaba) en Afrique de l’Ouest organise à Saly-Portudal une deuxième session de formation à l’endroit des chefs de délégation à ses réunions. M. Edwin W. Harris, Jr, le nouveau directeur du Giaba a rappelé l’importance de ce deuxième atelier de formation de Saly-Portudal visant la cohérence, la qualité des rapports de suivi de l’organisme.

Pour le Dg du Giaba :’’Il s’avère important de mentionner que notre réunion de ce jour est marquée par les préoccupations de la communauté mondiale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sous la conduite du Gafi. Le Réseau Mondial a exprimé des préoccupations relatives au faible niveau de contributions des États membres aux discussions sures rapports d’évaluation mutuelle et les rapports de suivi (Rads) ainsi que la soumission de commentaires adéquats pour le projet de Rem diffusé au réseau mondial.’ Il y a également eu des préoccupations sur le fait que le faible niveau de participation et de contribution des États membres du Giaba relatif aux évaluations mutuelles, n’était pas conforme aux principes démutualisé de l’évaluation, ce qui exerçait par conséquent une pression inappropriée sur les observateurs et le personnel du Secrétariat du Giaba à faire des interventions au cours des discussions.’’ A l’en croire, la participation passive des États membres du Giaba a eu un impact négatif sur la prise de décision et la réalisation d’un consensus sur les questions.  Par conséquent, il a rappelé les actions du groupe d’actions financières à travers un processus d’amélioration de l’efficacité du Giaba en février 2021. Selon ses propos, la démarche a comme objectif d’améliorer la qualité et la cohérence des processus et des rapports d’évaluation mutuelle et de suivi du Giaba. . Le Gafi et le Giaba à partir de groupes de contact vont appuyer par conséquent l’élaboration et le suivi du Plan d’Action. Le Plan d’Action pour lui, a été adopté en juin 2021, sur la base de trois piliers : les ressources l’organisation du Secrétariat, la gestion des processus d’évaluations mutuelles et de Suivi, la mobilisation et l’implication des Etats membres du Giaba. Dans cette dynamique, le Dg du Giaba est revenu sur l’organisation d’une première formation au profit des Chefs de Délégation à ses réunions statutaires du 19 au 21 avril 2022 à Saly-Portudal, au Sénégal. Elle visait à améliorer la mise en œuvre du processus d’évaluation mutuelle pour des contributions efficaces aux discussions sur les rapports au cours des réunions. Selon lui, les participants ont relevé des défis relatifs à la conduite efficace du second cycle des évaluations mutuelles du Giaba par les États membres, en l’occurrence la rédaction de rapports d’évaluation mutuelle et de suivi de bonne qualité conformes à du Réseau Mondial. Les défis restent aussi, la faiblesse de l’engagement politique à mettre en œuvre des mesures conformes aux normes internationalement admises, celles du Gafi ; le non-respect des délais ; la faible compréhension des normes du Gafi, y compris la méthodologie d’évaluation de la conformité aux Recommandations du Gafi et l’efficacité des dispositifs lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

SAMBA NIEBE BA

 

Leave a reply