Saly-portudal – problematique de l’aquaculture industrielle : la CAOPA plaide pour des activités aquacoles et la pisciculture

0
358

Gaoussou Guèye, le président de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA) est revenu, hier à Saly-Portudal, sur la problématique de l’aquaculture industrielle et ses impacts, lors d’un atelier intitulé ‘’Aquaculture artisanale durable, complémentaire à la pêche artisanale africaine‘’. Des représentants d’institutions internationales, des décideurs, des acteurs de la pêche artisanale et des représentants de la société civile animent la réflexion.

Selon le président de la CAOPA, les menaces liées à la surexploitation des sardinelles constituent une équation car ces espèces en déperdition sont utilisées pour la fabrication de l’huile et de la farine de poisson, pour nourrir des poissons élevés dans des espaces aquacoles en Chine, en Norvège et en Turquie. Pour lui, la réflexion est importante à plus d’un titre car les sardinelles jouent un rôle essentiel dans l’alimentation des populations, la création d’emplois et constituent un soutien de taille à l’économie ouest africaine. A l’en croire, la raréfaction des sardinelles se fait sentir dans le panier de la ménagère, les sites de débarquement et les aires de transformations entre les mains des femmes. Les difficultés de celles-ci d’accéder à leur matière première s’accentuent.

La CAOPA, comptant 27 pays africains membres, se préoccupe de l’installation d’une ferme aquacole industrielle intensive. Le fait, en cette année consacrée «Année internationale de l’aquaculture et de la pêche artisanale», selon Gaoussou Guèye, est synonyme de perte énorme et incalculable dans les terroirs occupés, mer et terre, pour la pêche artisanale. Il s’appesantit sur les maux consécutifs à l’introduction de l’aquaculture industrielle dans les zones très productives ou prolifiques, lagunes, deltas, marais, zones de mangrove. La destruction des écosystèmes et l’amoindrissement des capacités de la production d’alimentation sont des illustrations. Les activités traditionnelles perdent du terrain du fait des écueils évoqués.

Par conséquent, pour le président de la CAOPA, le développement d’une aquaculture à base de farine de poisson constitue une menace permanente de l’avenir des communautés côtières africaines. Il va aggraver la surpêche et l’insécurité alimentaire dans les zones citées plus haut. Il a exclu toute forme de labellisation de la farine et de l’huile de poisson en Afrique de l’Ouest. En outre, Gaoussou Guèye a fait un plaidoyer pour une aquaculture artisanale complémentaire à la pêche artisanale, pour participer à relever des défis. L’alternative c’est, selon lui, à l’image des expériences de pays continentaux et côtiers comme le Tchad, le Mali, la Côte d’Ivoire et le Kenya qui regorgent d’espaces où des femmes mènent des activités piscicoles en compensation, pour combler le manque de matière première.

Samba Niébé BA

 

Leave a reply