Saly-Portudal – transition écologique et dialogue social : réflexion sur les mutations et transformations des emplois

0
302

Madame Innocence Ntap Ndiaye, la présidente du Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS),  a présidé hier, à Saly-Portudal, l’ouverture de la 29ième assemblée plénière du HCDS,  autour du thème «Apport du dialogue social pour la promotion d’une transition écologique juste et équitable». La réflexion est enclenchée sur les mutations et transformations des emplois.

Selon la présidente du HCDS, «Le rôle du dialogue social dans la transition écologique climatique, choisi par les membres du conseil, vient un peu corroborer une des missions clé du Haut conseil du dialogue social. Nous devons être dans la prospective et c’est une question d’actualité parce que la transition écologique va entrainer des changements, surtout au niveau des emplois». Ainsi, Madame Innocence Ntap Ndiaye en appelle à la promotion des emplois nouveaux et  à une réflexion sur les transformations dans les emplois actuels. Pour elle, le  dialogue social consiste aussi à accompagner les partenaires sociaux pour l’élaboration de Convention collective.

En perspective, elle juge nécessaire des discussions pour une action préventive. Le fait, pour elle, explique le lien à faire entre la thématique et le rôle du dialogue social. Selon elle, le Bureau international du travail (BIT) a choisi le Haut conseil pour siéger au Conseil consultatif international à propos du climat et de l’emploi où elle représente l’Afrique francophone, un choix illustratif pour le Sénégal.

Le docteur  Amadou Lamine Diagne, président de la Plateforme nationale sur l’économie verte, a avancé : «La transition écologique, c’est d’abord une évolution ; ce n’est pas quelque chose de statique. C’est une évolution vers un modèle de développement qui est à la fois résilient et durable».

Abordant une question de l’actualité environnementale, il s’est appesanti sur le concept de trajectoire de développement propre. Cela consiste, pour lui, en une prise de conscience de la communauté internationale, prendre conscience des ratés et manquements entravant les initiatives de régler les questions comme le problème du dérèglement climatique, la perte de la biodiversité et la dégradation des terres, en plus de l’extinction de certaines espèces. A l’en croire, le meilleur des chemins est l’élaboration de trajectoires de développement propres, rappelle-t-il.

Il est revenu sur la notion d’économie verte, plus ancienne et intimement liée à la notion de développement durable, un concept apparu à Rio+20. Il soutient : «la communauté internationale s’est rendue compte qu’on n’avait pas fait suffisamment d’avancée en matière de développement durable et ils ont mis sur la table ce concept d’économie verte qui en fait est un levier qui va nous permettre d’attendre les objectifs de développement durable. Ces concepts sont à considérer car nos économies reposent sur la qualité de nos ressources naturelles».

Et d’ajouter : «L’économie verte ne dit pas autre chose que de tenir compte de ce que l’environnement et ses ressources peuvent donner, il ne faut pas aller au-delà de ça. Aller au-delà, c’est rompre les grands écosystèmes. Depuis septembre, nous avons un ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, comme pour dire que politiquement les gens ont saisi l’importance de cette notion parce qu’il ne faut pas oublier que nous avons une Stratégie nationale de développement durable qui date de 2015. La justice climatique, c’est juste de dire aux gens de revenir à des choses supportables. Depuis que le protocole de Kyoto a été dépassé, il a insisté sur l’absence de contraintes laissant libre cours aux gens».

Samba Niébé BA

Leave a reply