Sanctions CEDEAO contre le Mali : «Une perte importante pour les économies du Sénégal et de la Côte d’Ivoire», Thierno Thioune, économiste

0
161

Depuis le 9 janvier dernier, le Mali est soumis à un embargo économique qui limite ses échanges commerciaux avec les pays  de la Cedeao. Une situation qui affecte lourdement l’économie du pays, mais également celle de ses plus proches partenaires que sont le Sénégal et la Côte d’Ivoie, selon l’économiste et enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, Thierno Thioune. 

«Les deux partenaires du Mali qui souffrent le plus de ces sanctions sont le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Plus de 20% des importations maliennes proviennent du Sénégal et 80% de son fret passe par Dakar. C’est son premier fournisseur international, devant la Chine, puis la Côte d’Ivoire (environ 10%)». Ces propos sont de l’économiste Thierno Thioune  qui  s’exprimait sur les sanctions de la Cedeao contre le Mali, dans un entretien accordé à France24. «L’embargo, pourtant soutenu par ces deux pays, représente une perte importante pour leurs économies, d’autant plus qu’il les prive également des exportations maliennes, notamment de coton, d’or ou de bétail, qui, contrairement à la viande, n’est pas considéré comme une denrée de première nécessité», ajoute-t-il. 

Selon l’économiste, l’application immédiate de ces sanctions, dès le 9 janvier, a eu un fort impact dans le domaine des transports car, indique-t-il,  de nombreuses commandes en cours d’acheminement se sont retrouvées bloquées. «Plusieurs centaines de camions circulent quotidiennement sur l’axe Dakar-Bamako, l’une des principales routes d’approvisionnement du Mali. Si les biens de première nécessité tels que la nourriture, le carburant ou les médicaments, qui représentent près de la moitié des importations, sont toujours autorisés à circuler, de nombreux produits essentiels à l’économie malienne, comme le ciment et le fer, les voitures d’occasion importées depuis l’Europe par les ports, le matériel informatique ou bien les équipements de transport sont eux totalement bloqués», fait-il savoir. 

A en croire à  l’économiste, on observe déjà une ruée sur certains biens qui pourrait conduire à une forte inflation, si la situation perdure.  Il  soutient que le gel des avoirs de l’État ainsi que des financements de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) vers le Mali risque, par ailleurs, d’entraîner une pénurie de liquidités et une situation de défaut de paiement. 

Du côté du Mali, il déclare que  l’effet de l’embargo est difficilement contournable.

«Trois pays frontaliers ont maintenu leurs frontières ouvertes : la Mauritanie, l’Algérie et la Guinée. Le premier souhaite intégrer la Cedeao et, à ce titre, peut difficilement se permettre d’afficher un soutien trop appuyé au gouvernement malien. Par ailleurs, le développement de voies commerciales au Nord est impossible car cette zone échappe au contrôle de l’État. Enfin, la Guinée, elle aussi dirigée par des militaires et soumise à des sanctions de la Cedeao, veut jouer la carte de la solidarité, mais n’en a pas réellement les moyens. Ses capacités portuaires limitées ne peuvent se substituer aux ports de Dakar et d’Abidjan, bien plus importants et compétitifs», a-t-il laissé entendre. 

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :