Santé : la F2S se démarque des accords entre syndicats et ministère de la santé

0
1231

La Fédération des syndicats de la santé a déclaré que les négociations avec le ministère de la Santé sont au point mort car n’ayant pas encore abouti à des accords entre les syndicats et le gouvernement. Une déclaration qui fait suite à celle du ministère de la Santé et de l’action sociale au sortir des négociations avec des acteurs syndicaux de la santé sur la majorité des points revendicatifs qui ont trouvé, selon lui, un consensus. 

La Fédération des syndicats de la santé au sortir de sa réunion  du  vendredi 06 mai dernier afin d’évaluer les discussions avec le ministère des Finances, lesquels portaient sur les points à incidences financières, a souligné dans un communiqué «qu’aucun accord n’a été signé».   Pour précision,  les camarades de Cheikh Seck ont indiqué : «ces discussions n’ont pas encore pour le moment fait l’objet d’un quelconque accord de la part entre la F2S et le gouvernement, contrairement à cette manœuvre mensongère entretenue par des syndicalistes  avec la complicité d’une frange gouvernementale et vulgarisée par certains médias d’Etat». Et  de rappeler : «ces manœuvres ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, au moment où la F2S était à son deuxième plan d’actions, le gouvernement  a préféré convoquer une organisation syndicale. Malgré la pression liée à la rétention d’information et à la réussite des jours de grève, le gouvernement finira par ouvrir des discussions, même si nous avons constaté le dilatoire qui a entrainé la bouderie du ministère de la santé».

Cependant la F2S qui regroupe le Sas/Sat santé/Syntras/Sutracol-santé/Sdt-3s, a considéré la démarche de  l’équipe du ministère de la santé et une partie de la fonction publique comme une tentative de vouloir réduire leur délégation lors des négociations.

«Le ministère de la santé a fini par signer un accord bidon avec ses affidés,  pour faire croire à l’opinion que des accords ont été trouvés avec les travailleurs de la santé. Ce qui est totalement faux !», a fait remarquer la source.

Le ministère des finances en pompier

 

Le ministère de l’urbanisme tout comme le ministère des collectivités territoriales n’a pas encore convoqué de rencontre sur les points  les concernant si l’on en croit la F2S. Cependant, elle  a renseigné que le ministère des finances a apporté des propositions pour l’amélioration du système indemnitaire et des points à incidence financière. Des propositions, qu’elle a «saluées positivement». «Au moins pour la première fois depuis l’indépendance, l’Etat sénégalais reconnait le droit au logement des agents de santé, même si la somme de 50000 FCFA est insuffisante par rapport au coût du logement. Nous souhaitons que le délai de janvier 2024 initialement fixé pour un rehaussement de cette indemnité de logement à 100000 F soit ramené à janvier 2023», a-t-elle soutenu. Et de poursuivre : «nous saluons aussi le rehaussement de l’indemnité de risque à 25000 FCFA. Cependant, nous pensons que l’Etat peut faire mieux compte tenu des risques énormes de contamination encourus quotidiennement. A cela s’ajoutent les risques liés à notre sécurité à travers les multiples agressions subies par nos collègues dans les postes de santé les plus reculés du pays.  A cela s’ajoutent les risques pour tout agent de santé de se retrouver à la barre voire en prison pour  négligence».

La F2S a aussi renseigné que le ministère de la fonction publique a annoncé l’ouverture des négociations avec leur entité avant la fin de la première quinzaine du mois de mai. «Nous attendons aussi la fixation d’une date pour le ministère de la santé et des ministères des collectivités territoriales et celui de l’urbanisme» a-t-elle dit.

Des observations sur  le protocole d’accord

La fédération  des syndicats de la santé a émis des observations sur le protocole d’accord présenté par le gouvernement du Sénégal.

Selon les camarades de Cheikh Seck, il s’agit de déterminer un quota annuel de 1500 agents à régulariser et intégrer dans la fonction publique Sénégal à savoir le personnel prestataire et contractuels des hôpitaux, les agents de santé communautaire diplômes et non diplômes, les contractuels du ministère de la santé comme Ismea, Jica, Cobra entre autres.

La F2s a aussi demandé l’application des accords à tous les agents évoluant dans le secteur de la santé et de l’action sociale dont les collectivités locales, privée, université et comité de santé par la prise d’un arrêté d’extension ou la signature dans le protocole gouvernemental des ministères concernés. De donner une subvention d’équilibre aux hôpitaux pour atténuer les charges liées à l’augmentation de salaire. D’attribuer l’indemnité administrative et de gestion pour les nouveaux corps créés comme les administrateurs et gestionnaires des services de santé. Hiérarchie A2 ;  (décret 2018-1430), le corps des travailleurs sociaux spécialisés A1. Et pour les cadres de gestion A3. D’augmenter le montant destiné aux fonds de motivation pour couvrir tous les ayants droits surtout dans certains établissements publics de santé et combler le gap. De passer par la révision du décret sur les heures supplémentaires dans le secteur de la santé qui date de 1979 et enfin  l’indemnité de représentation sur la base de  la hiérarchie et non sur le ciblage de corps Hiérarchie A, B, C.

Face à la démarche de communication du gouvernement, la fédération a demandé à tous les travailleurs de la santé et de l’action sociale à être vigilants et de rester à l’écoute des «véritables représentants des travailleurs». Et de saluer «la position du SATSUS et du SAMES de  rencontrer leurs bases avant toute prise de décision» avant d’appeler à unir leurs forces pour faire aboutir les négociations dans l’intérêt du personnel socio sanitaire et des populations.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply