Santé : les travailleurs communautaires délaissés selon la F2S

0
322

A moins de trois semaines de la signature d’un protocole d’accord avec le gouvernement du Sénégal et les acteurs syndicaux de la santé, que des problèmes commencent à faire surface. Selon la fédération des syndicats de la santé (F2S), plusieurs points dans le nouvel accord, sont restés sans réponses depuis la signature. Il s’agit selon le porte-parole de la F2s, Cheikh Seck de la gouvernance, les ressources humaines, la formation. Selon lui, la régularisation des travailleurs communautaires dans les zones les plus reculées dont des matronnes, des sages-femmes ainsi que des médecins recrutés par les communautés de santé, ne sont pas pris en compte dans le protocole d’accord.

«Nous craignions que le gouvernement les laissent en rade. Dans le protocole d’accord, il était question de tous les travailleurs de la santé du public. Mais, selon des membres du syndicat qui sont concernés, ils n’en font pas parti», a renseigné Cheikh Seck. Pour la F2S, ce ne sont pas les moyens qui manquent. «Le budget du ministère de la santé et l’action sociale a doublé. L’Etat doit pouvoir les régulariser comme il l’avait fait dans le passé avec les volontaires de l’éducation nationale. Ils sont des diplômés d’Etat et travaillent dans des structures sanitaires de l’Etat et même dans les zones les plus reculées du pays. A cet effet, ils doivent bénéficier des avantages des accords signés récemment», a-t-il avancé.

Et de poursuivre : «le ministère de la santé tout comme celui des finances, dans l’arbitrage du budget, ce sont eux qui décident de reconduire le même budget». Même si le gouvernement du Sénégal a annoncé que des points d’accords seront effectifs à partir du mois de mai, la Fédération des syndicats de la santé (F2s) se veut prudente et pour maintenir «la pression»,  les syndicats affiliés à cette fédération ont décidé lors de leur dernière assemblée générale tenue mercredi dernier de poursuivre la rétention d’information sanitaire tout en levant le mot d’ordre de grève.

«Nous avons convenu avec le ministère de la santé de la reprise des négociations pour mi-mai. La date du 02 juin a été finalement retenue. Il y a aussi le problème du logement, nous n’avons pas encore rencontré le ministre de l’urbanisme. Nous avons constaté que dans les mille logements, des parcelles ont été attribuées à Dagaholba à des organisations syndicales et nous, nous n’en faisons pas partis. Il faut qu’on soit édifié sur la démarche du gouvernement et le respect des accords», a déclaré Cheikh Seck tout en se félicitant des promesses sur le paiement de la dette de la couverture maladie universelle aux structures de santé.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply