Santé oculaire : le Sénégal à l’assaut de la baisse de la prévalence de 1,42%

0
349

Les maladies oculaires demeurent une préoccupation majeure pour le Sénégal. Selon  la division de la santé oculaire une prévalence de 1,42%  est notée et on dénombrerait près de 165 mille aveugles et 550mille malvoyants.  Pour lutter contre ces pathologies des yeux, un atelier de validation politique du plan de stratégique du programme national de promotion de la santé oculaire s’est tenu hier, mardi 21 septembre. Un outil de planification qui va couvrir la période 2021-2025.

« Pour répondre à l’élimination des cas de cécités évitables, la planification est incontournable pour rationaliser les interventions en vue de leur assurer une meilleure efficience. Ainsi, un premier plan national de lutte contre la cécité a été élaboré en 1997, suivi en 2006 du plan stratégique dit « plan national vision 200 ». Aucun des deux n’a fait l’objet d’une évaluation formelle à son échéance, et depuis lors un nouveau plan stratégique n’a pas été élaboré » a avancé Dr Mouctar Dieng Badiane, ophtalmologue et coordonnateur du Programme national de la santé oculaire.  Revenant sur la lutte contre la cataracte au Sénégal, le docteur Badiane a renseigné : « ces trois dernières années, nous avons recensé 15 000 à 18 000 cas de cataracte dans les services de soins oculaires, même si ces chiffres ne sont exhaustifs». Et de préciser : « cependant, il ne figure pas ceux recensés au niveau du privé».

Les différentes pathologies des yeux selon le programme de la santé oculaire restent dominer par la cataracte et le trachome. «  Grâce à l’appui des partenaires, ces maladies des yeux sont bien prises en charge dans le pays. Sur le trachome notamment la forme cécitante, nous enregistré avec l’Ong Sightsaver qui est notre partenaire, une quarantaine de patients qui doivent être pris en charge entre 2021 et 2023».  Sur l’avenir de la santé oculaire Dr Bdiane après avoir regretté la non dynamique de la recherche dans ce domaine, va chercher dans ce troisième plan stratégique à l’intégrer.  «Nous allons essayer de développer ce domaine de la recherche. Avec la Ligue islamique, nous avons d’importants projets qui sont mis en place pour prendre en charge ces populations lors des campagnes, mais surtout dans la routine, c’est-à-dire tous les jours au niveau des services, des unités de soins qui sont dans les différents centres de santé mais aussi dans les hôpitaux».  Toutefois renseigne-t-il : « un budget global de 6,997 milliards F Cfa est en train d’être mobilisé avec l’aide des entreprises locales et des collectivités territoriales pour mieux lutter contre ces maladies oculaires ».

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply